A Kaboul, les opérations d’évacuation se poursuivent sous des “menaces précises” après l’attentat meurtrier

0
16
placeholder

Environ 5.400 personnes réfugiées dans l’enceinte de l’aéroport de Kaboul attendent toujours d’être évacuées d’Afghanistan, a affirmé vendredi un général américain au lendemain d’un attentat particulièrement meurtrier.

Ces milliers de candidats au départ pourront quitter le pays jusqu’à la date butoir du 31 août fixée pour le retrait des soldats étrangers d’Afghanistan, a précisé le général Hank Taylor lors d’un point presse du Pentagone.

“Nous avons la capacité d’inclure des évacués sur des vols militaires américains qui quittent l’Afghanistan jusqu’au dernier moment”, a-t-il dit.

La mission d’évacuation fait par ailleurs toujours face à des “menaces précises et crédibles”, a assuré le porte-parole du ministère de la Défense John Kirby, au lendemain de l’attentat-suicide qui a tué 13 soldats américains et des dizaines d’Afghans.

“Nous estimons qu’il y a toujours (…) des menaces précises, et crédibles”, a-t-il dit.

L’attaque de jeudi a été perpétrée par un seul auteur, a précisé le général Hank Taylor. Le Pentagone avait dans un premier temps fait état de deux explosions.

“Nous ne pensons pas qu’il y ait eu de deuxième explosion à l’hôtel Baron ou près de l’hôtel, (nous pensons) qu’il n’y avait qu’un seul auteur de l’attentat suicide.”

“A 17H48 heure de Kaboul (13H18 GMT), ce que nous avons identifié comme une ceinture explosive a été déclenchée juste à côté de la porte” d’accès à l’aéroport baptisée Abbey Gate, a expliqué à la presse le général américain.

placeholder

“L’explosion a été suivie de tirs à partir d’une position ennemie qui n’a pas été localisée exactement mais qui était juste à l’extérieur” de la zone sécurisée par les soldats américains autour de l’aéroport, a-t-il ajouté, disant ne pas être en mesure de préciser le nombre total d’assaillants.

L’attaque a fait au moins 85 morts et plus de 160 blessés.

Le gigantesque pont aérien établi à partir de l’aéroport de Kaboul depuis le 14 août, à la veille de la prise de la capitale afghane par les talibans, a permis d’évacuer plus de 100.000 personnes.