Connect with us

A LA RENCONTRE DES FANS DE JOHNNY HALLYDAY. Gérard : “J’ai été le chauffeur du bus de tournée de Johnny”

Pure People

A LA RENCONTRE DES FANS DE JOHNNY HALLYDAY. Gérard : “J’ai été le chauffeur du bus de tournée de Johnny”

FAN DE JOHNNY (2/5). A l’approche du 15 juin, date à laquelle Johnny Hallyday aurait eu 75 ans, Closer vous propose une série de portraits des fans du chanteur. Leur vision du chanteur, leurs souvenirs et leur vie depuis sa mort… Ils se confient et nous racontent leurs histoires. Deuxième portrait : Gérard, fan de longue date qui a été le chauffeur de la star sur une de ses tournées.

On avait envie de s’évader avec lui. Je l’ai aimé tout de suite“. Gérard, fan de Johnny Hallyday de la première heure, ne cache pas son plaisir lorsqu’il évoque les nombreux souvenirs avec le chanteur. Alors qu’il n’était qu’un jeune adolescent, ce retraité de 71 ans se souvient qu’il aimait adopter le look du chanteur, chanter ses chansons et prendre ses attitudes. “Avec mon copain Claudie, on écoutait tout le temps ses chansons, on s’échangeait les nouveaux titres. On s’habillait comme lui“. Quelques années plus tard, alors qu’il termine son service militaire, Gérard va vivre un rêve qu’il n’aurait su espérer. C’était en 1969. “Quand je suis rentré du service militaire, j’étais chauffeur de car et j’ai eu la chance d’être le chauffeur du bus de tournée de Johnny pendant trois semaines. C’était à l’époque de ‘que je t’aime’. A l’époque les moyens n’étaient pas ceux d’aujourd’hui. Les équipes étaient bien plus petites”.

Dans ce tour bus, il vit la frénésie de la vie de star, il peut aussi observer “le patron” comme il l’appelle, et comme nombre de fans l’appellent. “On faisait partie de sa famille, on était son équipe. Il nous souriait, il nous faisait des clins d’œil. On ne le collait pas, c’était le patron mais il avait toujours un petit geste.” Un soir, Gérard monte sur scène pour aider Johnny Hallyday face à un fan. “Il était sur scène, il était habillé tout en noir et il portait un grand chapeau noir et des lunettes de soleil. Un fan a tiré sa guitare alors qu’il était en train de jouer. J’ai débarqué sur scène et j’ai repris la guitare. Je ne sais pas ce qui m’a pris, c’était comme un instinct. Johnny s’est retourné vers moi et il m’a demandé d’aller lui chercher une nouvelle guitare en coulisses parce qu’elle était cassée”.

“J’avais l’impression de voir un Dieu qui descendait”

Des souvenirs de Johnny Hallyday, Gérard en a plein. Car après les trois semaines pendant lesquelles il devait conduire le bus, il a repris sa vie, fait carrière à la cour d’appel puis la cour de cassation en tant que chef de garage principal. Mais il n’a jamais arrêté d’écouter les chansons de Johnny Hallyday. Quelques années plus tard, alors que son père venait de mourir, il se tourne une nouvelle fois vers Johnny Hallyday. “Le concert où il apparaît dans la main… Mes proches m’ont poussé à y aller pour me remonter le moral et tout à coup en voyant Johnny Hallyday descendre. Sur les grands écrans, j’ai vu qu’il avait un sourire. Et j’avais l’impression de voir un Dieu qui descendait”. L’image lui a d’ailleurs inspiré une idée. “Je le verrai bien en colosse de Rhodes à l’entrée du port de Ramatuelle. Le fait de rêver de lui, de penser à lui c’est qu’il est toujours là“.

En décembre 2017, le colosse, “le gladiateur“, comme Gérard le qualifie, s’est éteint. Une fois de plus là où les souvenirs reviennent, les émotions s’invitent. C’est avec des sanglots dans la voix et des larmes sur les joues que le retraité de 71 ans raconte l’annonce de la mort du chanteur : “Ma fille m’a envoyé un message à trois heures du matin. J’étais meurtri, la gorge serrée. Il faisait partie de la vie de tous ces gens et de la mienne. Ça m’a fait du mal. D’habitude, j’évite d’en parler trop parce que sinon ça remonte”.

Alors au lieu d’en parler, il fait du vélo, de la gym, de la natation pour “rester en forme“. Et surtout, il chante. “Je recherche sur le karaoké chez moi et je chante, je chante ses chansons. J’adore. Mais je ne cherche pas à l’imiter. Je ne veux pas m’identifier à Johnny. Je n’ai pas envie de le singer. Il n’y en a eu qu’un seul”.

Les autres portraits de fans :

Pascal, alias “Vieux loup” : “Divorcé, je me retrouvais seul et j’écoutais Johnny”

More in Pure People

To Top