Adèle Exarchopoulos maman : rares confidences sur la maternité

0
139

À seulement 26 ans, elle a une filmographie à faire pâlir le marquis de Sade. Elle est aussi maman. Adèle Exarchopoulos, qui vit à cent à l’heure, est fauve, charnelle, animale, mais aussi protectrice. En couple avec le rappeur Doums, elle a accueilli en toute discrétion en 2017 son premier enfant qu’elle a choisi de baptiser Ismaël. Un moment d’intimité absolue qu’elle a accepté de détailler comme rarement sur le plateau de l’émission Passage des arts, sur France 5, le mardi 28 janvier 2020.

À lire aussi

Je pense qu’on prend conscience de ce qu’est l’héritage et des erreurs, des imperfections de nos parents, a-t-elle expliqué à Claire Chazal. Et en même temps, on a envie de s’excuser. Enfin moi quand j’ai accouché, j’avais envie de dire ‘Pardon’. Et puis on réalise tout ce qu’on a eu, tout ce dont on a manqué.” Malgré son très jeune âge, Adèle Exarchopoulos s’est retrouvée propulsée dans une vie, un quotidien qu’elle ne soupçonnait pas. Une fiction si réelle qu’elle a pu prendre peur. “Il y a quand même une grosse prise de conscience quand on donne la vie, a-t-elle précisé, quand on est face à cette responsabilité-là.

Ça ne me viendrait pas à l’idée de le mettre sur Instagram

On peut dire qu’elle prend ce rôle bien plus à coeur qu’un autre. Cette maternité a été un choix parfaitement conscient, et l’actrice n’a pas hésité un instant à donner la priorité à son fils, plutôt qu’à sa carrière. Pour lui, elle a refusé des rôles. Pour lui, elle a accepté la fatigue dévorante sur les plateaux de tournage. Hors de question, d’ailleurs, de médiatiser le visage de son enfant, ni dans les magazines ni sur les réseaux sociaux. “Ça ne me viendrait pas à l’idée de le mettre sur Instagram, déclarait-elle dans Vanity Fair. Les gens me le réclament, mais ils doivent comprendre que ce qu’ils voient sur ce réseau, ce n’est pas ma vraie vie.” Adèle Exarchopoulos est actuellement à l’affiche du film Revenir, au côté de Niels Schneider. Si vous voulez voir un petit bout d’elle, ce sera dans les salles obscures…