Adèle Haenel et la polémique des César : le directeur de casting l’ayant menacée est mort…

0
25

Alors que la prochaine cérémonie des César – qui revient cette année entre les mains d’Antoine de Caunes – approche, la très polémique et décriée 45e édition refait parler d’elle. Le site de Nice Matin annonce la mort d’Olivier Carbone, directeur de casting bien connu du 7e Art, qui avait flingué l’actrice Adèle Haenel après la décision de celle-ci de quitter la Salle Pleyel lors du sacre de Roman Polanski, accusé de viols.

Olivier Carbone est décédé le vendredi 10 décembre 2021, dans un hôpital de Monaco. Il était âgé de seulement 56 ans. Pour l’heure, la cause de sa mort n’a pas encore été dévoilée. Nos confrères rapportent qu’il vivait à Villefranche-sur-Mer (Alpes-Maritimes) et s’était retiré du cinéma depuis 2015. C’est dans les années 2000 que ce directeur de casting bien connu du petit milieu français s’était fait une réputation grâce à ses collaborations sur des films à succès comme La Môme avec Marion Cotillard ou 36 quai des Orfèvres avec Daniel Auteuil et Gérard Depardieu. Olivier Carbone avait également eu l’immense honneur de travailler sur Inglourious Basterds, du réalisateur américain Quentin Tarantino avec Christoph Waltz.

Inconnu du grand public, Olivier Carbone – qui a fondé l’atelier Studio Carbone pour former les futurs stars du cinéma – avait choqué la Toile l’an dernier en raison de ses propos déplacés tenus sur Facebook ; malgré la suppression de son message, des internautes avaient eu le temps de faire des captures. Il écrivait alors, suite au choix d’quitter la cérémonie des César : “Vu mes retours, Haenel va avoir une bonne surprise prochainement, avec une bonne omerta, carrière morte bien méritée qui lui pend au nez ! (…) Haenel tu es minuscule par rapport au talent de Roman ! Tu es qui pour avoir un melon et te la raconter comme ça face à un monstre vivant ! Tu fous la gerbe !

Pour rappel, Adèle Haenel se mobilise contre les violences faites aux femmes et a accusé de son côté le réalisateur Christophe Ruggia, d’agressions sexuelles.