Adeline Blondieau et son départ de Sous le soleil : “C’était devenu trop pesant”

0
23

Véritable star dans les année 1990, grâce à ses rôles dans des sitcoms comme Les Filles d’à côté ,Adeline Blondieau a véritablement explosé lorsqu’elle a été recrutée pour jouer dans Sous le soleil. Pendant quatorze ans, la comédienne a interprété Caroline Drancourt à Saint Tropez. Une expérience dont elle ne garde pas que de bons souvenirs.

À lire aussi

Invitée sur le plateau de Ça commence aujourd’hui (France 2) vendredi 22 mai 2020, celle qui a été mariée à Johnny Hallyday a expliqué les raisons qui l’ont poussée à quitter la série. Et celles-ci sont loin d’êtres réjouissantes. “J’ai arrêté parce qu’humainement, c’est très difficile les tournages. C’est une vie où on ne laisse pas beaucoup de place à votre intimité. On vous prend beaucoup de choses : votre temps, votre santé… et tout le monde s’en fout“, a-t-elle déclaré à Faustine Bollaert. Il faut dire qu’à cette époque, sa vie de famille était reléguée au second plan – elle qui devenait maman d’un fils appelé Aïtor aujourd’hui âgé de 21 ans -, en raison du rythme intense des tournages.

Une ambiance épouvantable…

Épuisée et en manque de son bébé, Adeline Blondieau a tenté de lever le pied mais selon elle, la production du feuilleton a tout fait pour l’en empêcher, lui imposant des intrigues très lourdes. “La production s’était mise en tête de me faire un rôle qui passait son temps à souffrir, à se faire maltraiter. C’était devenu trop pesant“, a-t-elle admis. Résultat, elle a pris la décision de claquer la porte : “Quand toute la journée, tu fais des scènes où tu te fais insulter, malmener, où il y a une ambiance épouvantable, t’es plombée. Même l’équipe était plombée. J’ai demandé s’il était possible de changer, ils m’ont dit ‘non’, que j’étais chiante, et donc dans ces cas-là, je ne reviens pas.

Cette période difficile l’a même conduite àun burn-out comme elle le rappelait dans les pages de Paris Match en avril dernier : “Il s’est déclaré car j’ai trop travaillé et que je n’ai pas suffisamment eu de gratification. Quand le décalage entre ce que tu donnes et ce que tu reçois est trop important, ça te bousille“. Adeline Blondieau s’est aujourd’hui éloignée des caméras pour se reconvertir en sophrologue.