Ademo (PNL) violemment arrêté et placé en garde à vue, devant son enfant

0
119

Des policiers auraient-il perdu (encore une fois) leur sang froid ? C’est à quatre qu’ils ont plaqué Ademo au sol, artiste du groupe PNL, le samedi 5 septembre 2020, en présence de sa compagne et de leur enfant. D’après des témoins de la scène cités par Le Parisien, tout serait parti d’un contrôle de routine qui aurait mal tourné, dans le quartier d’Alésia (14e arrondissement), à Paris.

À lire aussi

Ça avait l’air d’être un contrôle de routine, on lui a demandé ses papiers d’identité, il a un peu rechigné, et ça s’est envenimé“, a expliqué un passant. “Au début, les policiers lui ont parlé de drogue, on ne comprenait rien, ils criaient, ils s’insultaient. Et après, il a commencé à se défendre, il les insultait un peu car il y en avait un qui ne portait pas de masque. Ils ont commencé à en venir aux mains“, décrit une témoin de la scène.

“Les policiers ont commencé à le toucher, à le tenir par le bras. Il s’est fait plaquer à terre. Il se défendait, il a commencé à crier, il a arrêté de parler car il se faisait étrangler, poursuit cette même femme. Ademo se serait également plaint de douleurs au poignet. Plusieurs vidéos de cette interpellation musclée ont tourné sur Twitter. on y voit notamment un policier lui faire une clé d’étranglement, pendant que trois autres le maintiennent au sol, avant de le menotter et de l’embarquer.

Sur les réseaux sociaux, de nombreux internautes ont critiqué la violence de ce qui était de base, un simple contrôle.

D’après l’AFP, le rappeur originaire des Tarterêts (Corbeil-Essonne) a été placé en garde à vue au commissariat du 14e arrondissement de Paris pour “usage de stupéfiants”, “outrage” et “rébellion”. On ne sait pas encore s’il a pu être libéré.

Complètement absents des médias et rares sur les réseaux sociaux, Ademo et son frère N.O.S n’ont pas encore communiqué sur cette garde à vue.

Ademo reste présumé innocent des faits qui lui sont reprochés jusqu’au jugement de cette affaire.