Adrien (Koh-Lanta 2020) : Pourquoi il a été éliminé, selon lui

0
165

Adrien a été éliminé de Koh-Lanta, Les 4 Terres vendredi 25 septembre 2020 sur TF1. Le Parisien de 30 ans faisait partie de l’équipe du Nord jusqu’à la dissolution des quatre équipes pour n’en former plus que deux, toutes régions confondues. C’est donc chez les Rouges du regretté Bertrand-Kamal qu’Adrien a été poussé vers la sortie. Pour Purepeople.com, le candidat stratège raconte son parcours.

À lire aussi

Comment avez-vous vécu votre élimination ?

J’ai été quand même très très déçu de partir. Mais je l’ai dans l’ensemble bien vécu, j’ai pris du recul. J’ai pris mon départ avec beaucoup de philosophie. J’ai été pris à mon propre jeu. Pour un joueur comme moi c’est quelque part sympathique, je ne l’ai pas vu venir.

D’après vous, pourquoi vos camarades ont voté contre vous ?

Ils ont voté contre moi parce qu’ils ont vu, et je ne m’en cachais pas, que j’étais quelqu’un d’assez stratège, que j’étais prêt à éliminer même des candidats de ma tribu pour avancer. Et je n’ai pas réussi à convaincre des gens à rallier ma cause. Donc ils se sont dit qu’il fallait m’éliminer. J’ai payé un petit peu mon manque de temps pour les convaincre.

J’ai manqué de discernement sur Marie-France

Avec le recul, pourquoi votre stratégie ça n’a pas marché ?

Je pense que je n’ai pas été un bon stratège parce que le résultat final n’est pas bon. Je reste quand même satisfait du début d’aventure. Les 12 ou 13 premiers jours, je pense avoir une bonne vision de l’équipe et du jeu, et j’arrive à avancer en imposant un peu ma vision et en ayant un coup d’avance. Mais malheureusement avec la refonte des équipes, je joue mal le coup : je propose à Marie-France de se rallier à moi et elle ne me fait déjà plus confiance, elle répète tout aux Verts et ça précipite ma fin. J’ai manqué de discernement sur Marie-France dans les dernières heures de l’aventure et ça me coûte très cher.

Vous semblez déjà en danger avant les nouvelles équipes…

J’ai un jeu à risques, j’étais toujours sur la corde raide. C’est comme ça que je voulais faire mon aventure, en étant un acteur principal, quelqu’un qui provoque du spectacle. Bon, c’est très risqué. Et peut-être que si Lola et Angélique avaient eu plus de temps pour s’entendre avec Diane, elles m’auraient éliminé. C’est une possibilité. Le coup du conseil immédiat a été une vraie chance pour moi.

Vous avez confié la semaine dernière avoir fait exprès de perdre l’épreuve d’immunité… Pourquoi ?

Quand Denis Brogniart prévient que l’équipe qui finira dernière aura une pénalité, d’expérience et avec mon vécu et ma connaissance du jeu, je me doute fortement que ça va être un conseil immédiat. Et je vois en ce conseil immédiat une sorte de porte de sortie pour moi, pour ne pas laisser le temps aux trois filles de s’allier et de voter contre moi. Et Lola a compris mon jeu, à la fin de l’épreuve elle a dit qu’elle ne m’a pas trouvé assez compétitif. Je me sens obligé de faire l’effarouché, mais elle avait vu clair dans mon jeu. J’ai joué avec le frein à main sans que ça soit trop visible non plus. C’était un savant mélange.

Ahmad et moi, on n’est pas des clones

Pourquoi ne pas avoir cherché un collier d’immunité ?

Je n’ai fait que ça ! On ne le voit pas à l’écran mais tous les jours je passais plusieurs heures dans la forêt. Sur le camp du Nord, je me levais à l’aube et j’allais chercher le collier d’immunité. Malheureusement il faut aussi une part de chance, un petit coup du destin, un bon feeling. Je n’ai pas eu ça.

Certains internautes vous ont comparé à Ahmad, aventurier de la saison précédente au profil stratège. Qu’en pensez-vous ?

Quand on a tourné notre aventure, la saison d’Ahmad n’était pas encore diffusée. Donc je n’ai pas pu m’inspirer d’Ahmad à proprement parlé. Après, on partage la même vision du jeu et la même façon de jouer. On partage cette même envie de prouver aux téléspectateurs qu’on peut aller loin de cette manière aussi. Malheureusement ça ne s’est pas passé comme prévu. Il faut de tous les profils pour gagner Koh-Lanta, et les stratèges assumés ont toute leur place dans cette aventure. C’est une comparaison qui tient la route. Mais on n’est pas non plus des clones, on a chacun nos particularités.

Avez qui vous entendiez-vous le mieux ?

Je m’entendais bien avec mes copains du Nord, mes Ch’tis. En tant que parisien, j’ai découvert cette belle région. J’ai beaucoup apprécié Fabrice, Lola et Angélique et même Marie-France, qui est allée tout cafter auprès des Verts (rires). On garde de très très bons rapports, il n’y a aucune rancoeur. Après c’est vrai qu’on a passé plus de temps à quatre avec Angélique, Lola et Fabrice sur l’île de l’exil ou même sur le camp du Nord.

Le plus dur, c’était que mon cerveau ne me laissait pas dormir

Avec qui vous entendiez-vous le moins bien ?

Je vais dire personne, honnêtement. Je m’entendais bien avec tout le monde. Et je suis comme ça aussi dans la vie. Même si je voulais les trahir ou les éliminer, il n’y avait rien de personnel à chaque fois. On avait chacun nos personnalités, j’ai trouvé ça super intéressant. Aucune inimitié avec personne.

Qu’est-ce qui a été le plus dur pour vous sur le camp ?

Le plus dur, en plus de la faim et de tout le reste, c’est que j’avais le cerveau en ébullition tout le temps. Ça m’empêchait de dormir la nuit, je me faisais tout un tas de scénarios ! Impossible de trouver le sommeil, en plus des conditions difficiles.

Quel a été votre premier geste au retour ?

Je suis rentré un matin et ma copine qui m’attendait m’a préparé un super bon petit déjeuner avec des viennoiseries et tout ce qui va avec !

Quels sont vos projets ?

Je continue mon petit bonhomme de chemin, je ne vais pas me révolutionner. Je continue le basket, pareil pour le boulot. Au café le matin, les collègues me posent des questions sur Koh-Lanta. Ils savent que c’est un jeu, ils disent que je les ai fait rire. Ils savent comment je suis dans la vie, je ne suis pas machiavélique. Après je pourrais peut-être me lancer des petits défis physiques comme un gros trail. Mais avec la situation sanitaire actuelle, je ne me suis pas trop projeté.

Contenu exclusif ne pouvant être repris sans la mention de Purepeople.com.