Akhenaton en deuil : il révèle la mort de sa maman

0
172

En 2005, ils chantaient La fin de leur monde. Ils n’aurait pas cru que ce titre serait si visionnaire. Invités sur le plateau de BFMTV, Akhenaton, Keops et Shurik’n, du groupe IAM, venaient évoquer la sortie de leur livre Entre la pierre et la plume, sorti le 14 octobre 2020 aux éditions Stock. Mais la crise sanitaire actuelle était trop forte dans leur tête pour ne pas en discuter. D’autant qu’avec les nouvelles restrictions annoncées par notre président de la République Emmanuel Macron, dont les rassemblements personnels de moins de six personnes et le couvre-feu, les artistes ne sont pas près de retrouver leur quotidien… ni leur gagne-pain.

À lire aussi

J’ai perdu ma maman, il y a quelques semaines

La situation est d’autant plus compliquée pour Philippe Fragione, a.k.a Akhenaton, puisqu’il vient d’assister à la disparition d’un être très cher à son coeur. Sans doute le plus important. “Vous savez j’ai perdu ma maman, il y a quelques semaines, a-t-il a expliqué à Bruce Toussaint. Elle est partie d’une légionellose. Quand j’entends des discours hygiénistes et que je vois qu’on peut aujourd’hui mourir d’une douche. En France ! Ça me fait doucement rigoler.” La légionellose est une infection pulmonaire grave causée par une bactérie nommée Legionella, comme le rappelle le Ministère de la santé. Ses symptômes sont similaires à ceux d’une grippe.

Il y a marqué “ne protège pas des virus” dessus

Une porcelaine éclatée“. C’est ainsi que les Marseillais du groupe IAM visualisent notre pays. Marqué par la pandémie du coronavirus, Akhenaton était déjà au coeur d’une polémique au mois d’août après avoir donné son avis scientifique sur certains gestes barrières imposés par le gouvernement – il a étudié en première année de DEUG en biologie-géologie. “On a toujours écrit des morceaux où on se pose des questions, rappelait-il sur Europe 1. Je me pose des questions. Je ne dis pas que le masque est inutile mais il est utile en février, en mars, en avril, au début de l’épidémie. Aujourd’hui, vous prenez vos boîtes de masques, vous prenez les masques que vous avez là, et regardez, il y a marqué ‘Ne protège pas des virus’ dessus.” Reste que, malgré la prudence de nos citoyens, les mesures de sécurité se renforcent de jours en jours. Il va donc falloir s’habituer à se couvrir le visage encore quelques semaines…