Alain Chabat : Sa fille Louise, discriminée, pousse un gros coup de gueule

0
83

Avoir des formes semble toujours être un problème en 2020. Sur Instagram, Louise Chabat a évoqué ce sujet vendredi 31 juillet 2020 alors qu’elle était interrogée sur les marques de ses maillots de bain. Via sa story, la fille d’Alain Chabat a expliqué avoir toujours beaucoup de mal à trouver des articles à sa taille, elle qui n’a jamais caché ses rondeurs et sa silhouette pulpeuse. Mais l’actrice de 32 ans constate avec regret que les marques en France se limitent très souvent à un certain gabarit.

À lire aussi

C’est d’abord via sa story qu’elle a souhaité mettre en lumière ce fléau, avec le sourire mais toutefois très agacée : “J’ai deux maillots cette année qui sont du L. Comment ça se passe pour les femmes, enfin le reste des Françaises qui font du 42, du 44, du 46 ? C’est quoi le game des marques de maillots de bain ? Des marques en général mais du coup là je me suis fait la réflexion parce que moi je porte du L donc le reste du monde porte quoi ? C’est quand même un truc de ouf, soit tu fais du 36, 38, 40, soit tu vas te faire enc*ler en enfer.” En seulement quelques minutes, elle a reçu de nombreux témoignages de la part de ses abonnées, lesquelles se reconnaissent en elle et confirment malheureusement ce qu’elle dénonce.

Charlotte Gaccio et Marilou Berry la soutiennent

Plus tard, elle a donc décidé de publier un post destiné à sensibiliser mais aussi à lister les quelques marques qui ont le mérite de mettre en vente des tailles dites “plus size“, dans l’espoir de faire bouger les choses. “Je vais continuer de partager vos témoignages coups de gueule, difficultés & bons plans à trouver des maillots, des fringues quand vous dépassez le 40. (…) J’ai cru comprendre que les rayons ‘plus-size’ avaient disparus des grandes enseignes donc impossible d’essayer en magasin quand on fait du 42 ou plus NON MAIS ALLOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO. Certaines me disent qu’elles n’achètent même plus de maillot tellement c’est cher (30% de + en moyenne que n’importe quel autre fringue en taille 34-40) ON RÊVE. D’autres me disent qu’il n’y a que des marques ‘mémères’ qui taillent grand. Bref l’enfer. (…) Je croyais que l’argent guidait le business mais là, ils en perdent en discriminant la majorité ! Why? “, se désole-t-elle.

Là encore, ses propos ont fait écho aux expériences d’une multitude de femmes, dont l’actrice Charlotte Gaccio, laquelle a commenté avec entrain : “Amen meuf ! J’achète presque plus rien, ni en vrai, ni en France, c’est quand même dommage.” Marilou Berry s’est elle aussi sentie concernée et a “liké” le post de Louise Chabat.