Connectex avec nous

Allergies : une petite fille de 9 ans décède à cause d’une crêpe aux mûres

Pure Santé

Allergies : une petite fille de 9 ans décède à cause d’une crêpe aux mûres

En Angleterre, une fillette de 9 ans est décédée après avoir mangé une crêpe aux mûres. En cause : un choc anaphylactique lié à ses allergies alimentaires.

Une tragédie, encore. L’histoire se déroule à Londres (en Angleterre) au mois de mai 2017 : une petite fille âgée de 9 ans demande à son papa de lui préparer des crêpes pour le petit-déjeuner. Asthmatique, Nainika Tikoo est également allergique à un certain nombre d’aliments : elle ne peut pas consommer de produits laitiers, d’œufs et de soja. La famille s’est donc adaptée à ce régime alimentaire un peu spécial.

Pourtant, ce matin-là, la petite fille demande à son père de mettre des mûres sur ses crêpes – elle n’a encore jamais goûté ce fruit et souhaite en découvrir le goût. Dès la première bouchée, la fillette subit un choc anaphylactique violent – il s’agit d’une réaction allergique immédiate et violente qui constitue une urgence médicale. En outre, d’après l’Association Française pour la Prévention des Allergies, « dans la plupart des réactions allergiques alimentaires mortelles, l’asthme est impliqué dans 80 % des cas ».

« C’est un cauchemar »

« Nous avons appelé les secours et nous avons utilisé l’Epipen (un stylo auto-injecteur d’adrénaline, ndrl), expliquent les parents de la fillette, Vinod et Lakshmi Kaul. Malheureusement, nous n’avons rien pu faire : Nainika Tikoo est devenue toute bleue, elle a perdu connaissance et elle a subi un arrêt cardiaque. C’est un cauchemar que nous revivrons jusqu’à la fin de notre vie. »

« Nous étions très attentifs aux allergies et aux problèmes de santé de notre fille : en l’espace de 9 ans, nous n’avons jamais eu de problème majeur, nous ne nous y attendions pas du tout. » La petite fille est décédée cinq jours après son hospitalisation, le 25 mai 2017.

En France, les allergies alimentaires touchent 3,4 % de la population (8 % des enfants), soit environ 2 millions de personnes.

Source

Plus dans Pure Santé

Haut