Amir : Cette petite passion très coquine qu’il entretenait à l’âge de 4 ans

0
79

Ses États d’amour, Amir les chante depuis le début de sa carrière. Ce qu’on ignorait, c’est que cette passion folle pour la gent féminine remontait à des années lumières. Invité sur le plateau de l’émission Je t’aime etc, sur France 2 le mardi 20 octobre 2020, l’artiste a eu droit à une piqûre de rappel vis-à-vis de son CV romantique. Installé dans le divan de Caroline Weill pour une séance psy télévisée, il s’est donc souvenu qu’il “collectionnait les photos de femmes en bikini” à l’âge de 4 ans et qu’il envisageait, à 8 ans, de devenir dentiste gynécologue.

À lire aussi

J’étais un adolescent conquérant qui voulait à tous prix être celui qui a le plus de succès

Cette admiration lui viendrait-elle de celle qui lui a donné la vie, il y a déjà 36 ans ? “Il est clair que j’admire ma mère, que je la trouve extraordinaire, meilleure que toutes les femmes en ce monde et peut-être égale juste à la mienne, a-t-il expliqué. Mais je n’ai jamais fait le lien en fait. À l’époque, je pense que j’étais un adolescent conquérant qui voulait à tous prix être celui qui a le plus de succès parmi les potes. Et puis j’étais attiré par les filles, comme aujourd’hui quoi, sauf que je n’avais pas encore trouvé la bonne. Je vagabondais.

Je n’ai jamais ressenti une émotion aussi intensément

Mais les petites escapades amoureuses, ça va bien cinq minutes. Si Amir Haddad était un petit coquin quand il était plus jeune, il s’est très vite posé dans la vie. Marié à Lital depuis l’année 2014, l’artiste s’est littéralement métamorphosé en rencontrant la femme de sa vie, foudroyé par l’évidence. “Je n’ai jamais ressenti une émotion aussi intensément, avouait-il au magazine Gala. Moi, le macho par excellence, je me suis mis à genoux, au beau milieu d’un restaurant, et j’ai mis mon avenir entre les mains de la femme que j’aime. À ce moment-là, je me suis dit qu’un jour, j’en ferais une chanson.” Chose promise, chose due. Dans son nouvel album Ressources, il a dédié le deuxième titre Toi à sa douce Lital. Pas étonnant qu’il ait le coeur à La Fête