Angelina Jolie, ado rebelle : alcool, flirts et cimetières, une amie raconte

0
1800

Pour ce qui est des relations avec ses célèbres parents, la future Lara Croft était là encore une rebelle. Bien que sa mère Marcheline Bertrand ait été “très cool” en la laissant “faire de qu’elle voulait“, y compris “traîner et boire à la maison” avec ses amis, Angelina Jolie contestait l’éducation qu’elle lui donnait : “Elle était ennuyée quand sa mère lui a donné la pilule et a autorisé son petit ami à dormir dans sa chambre. Angie s’est rebellée et a fait le contraire en ne couchant pas avec lui du tout, et en jetant les pilules aux toilettes. Elle a toujours été déterminée et résiliente.” Les relations étaient plus compliquées encore avec le père de l’actrice, Jon Voight : “À cette époque, Angie était très en colère et dégoûtée par lui“, a rapporté son ancienne amie.

Une ado “sauvage, mais charitable”

Des cartes postales et lettres écrites par la jeune Angelina ont également été dévoilées. “Je préférerais m’allonger nue dans un trou rempli de fourmis rouges plutôt que de rendre visite à ma famille“, confiait-elle dans une première lettre. Des missives dans lesquelles l’ex-de Brad Pitt évoquait quelques-unes de ses rencontres amoureuses à 14 ans, en août 1989 : “J’ai rencontré M. Parfait. Je ne connais pas son nom, il embrasse bien, je ne le reverrai jamais, avait-elle raconté dans une carte envoyée d’Angleterre. Quand je reviendrai, nous passerons une autre soirée comme celle-ci.” Sur une autre carte datant du même mois, elle avait partagé : “J’ai rencontré un photographe aujourd’hui, personne ne sait que je l’aime bien, il a dit vouloir travailler avec moi, je l’espère parce que je le veux. Il est parfait, grand, fin, les cheveux bruns et il vit dans un studio ! Mais je pense qu’il est gay !

Déjà lorsqu’elle était adolescente, l’ambassadrice des Nations unies se voulait “sauvage, mais charitable” : “Comme elle avait plus de moyens que nous, Angie était toujours généreuse et partageait avec d’autres amis et avec. Elle ne pouvait pas passer devant un sans-abri sans offrir de la nourriture ou de l’argent (…). Ce n’est pas une surprise qu’elle soit devenue si importante en donnant une voix aux réfugiés partout dans le monde“, a ajouté son ex-copine de classe.