Anne-Elisabeth Lemoine toujours en plateau : un médecin la met en garde

0
97

À période particulière, mesures particulières. Il a été demandé aux Français de limiter leurs déplacements au maximum. Dans ce contexte, nombreuses sont les productions à avoir stoppé leurs tournages, tels que N’oubliez pas les paroles, Affaire conclue ou Plus belle la vie. Si Cyril Hanouna anime Touche pas à mon poste de chez lui, Anne-Elisabeth Lemoine continue à se rendre sur le plateau de C à vous. Un médecin invité dans l’émission de France 5 s’est donc permis de lui faire une petite remarque.

À lire aussi

Mercredi 18 mars 2020, la présentatrice de 49 ans a reçu le professeur Éric Maury, président de la Société de réanimation et professeur à l’hôpital Saint-Antoine à Paris, afin d’évoquer la saturation des hôpitaux dans le Grand-Est. D’emblée, Anne-Elisabeth Lemoine lui a fait remarquer qu’il portait un masque et a rappelé que l’on demandait aux Français de n’en porter qu’en cas de maladie. “Je suis soignant, je suis en contact avec des malades qui portent le virus du Covid-19. Je suis peut-être porteur, vous l’êtes peut-être aussi. En mettant un masque, j’évite une contamination, je me protège et je vous protège aussi“, s’est-il justifié.

Après avoir rappelé qu’il y avait eu des vols de masques dans les hôpitaux, il a insisté sur le fait qu’il fallait rester chez soi. “Je vous rappelle que le virus se transmet par les postillons, donc si vous ne voyez personne, le masque est inutile. Il faut le porter si vous êtes sur un plateau de télé, et le plateau télé, faut peut-être arrêter d’en faire en ce moment parce que c’est peut-être une zone de contamination“, a-t-il averti Anne-Elisabeth Lemoine. “Pourtant, notre mission est d’informer, on est une chaîne de Service public” a-t-elle alors répliqué.

Eric Maury a donc rebondi en expliquant que c’était pour cela qu’il était venu avec un masque. “Si vous ne voulez pas engorger les hôpitaux, que tout le monde arrive à l’hôpital comme ce qui se passe en Italie, si vous ne voulez pas que les services de réanimation débordent (…), il faut respecter ce confinement de façon très stricte, c’est pas de la rigolade“, a-t-il conclu.