Anne-Laure Bonnet: Pourquoi elle refuse une histoire d’amour avec un footballeur

0
86

Anne-Laure Bonnet quitte beIN Sports pour Téléfoot, où elle animera Le Vrai Mag tous les dimanches de 19h à 21h. À cette occasion, la journaliste de 42 ans a accordé un entretien à nos confrères du magazine Gala. Et en plus d’évoquer sa vie professionnelle, la jolie blonde célibataire et sans enfant a fait quelques rares confidences sur vie privée.

À lire aussi

Mon père m’a toujours dit que j’avais quelque chose d’un saltimbanque, confie Anne-Laure Bonnet. Je n’ai pas d’enfants, je suis célibataire. Mais attention, je suis très heureuse. Tout va bien.” Par le passé, la journaliste sportive spécialisée dans le football a vécu de belles histoires d’amour… et attend toujours son prince charmant, peu importe le temps que cela prendra. “Je n’ai pas cette coquetterie de cacher mon âge. Pour moi, c’est quelque chose, une femme de 40 ans. Je m’affirme. J’ai de l’expérience. Je sais ce que je veux“, poursuit-elle.

Jamais un joueur ne m’a demandé mon numéro

Dans le milieu très masculin où elle évolue, Anne-Laure Bonnet a très certainement dû se faire courtiser à de nombreuses reprises… Toutefois, pas un seul footballeur n’a tenté sa chance. “Jamais un joueur ne m’a donné son numéro de téléphone ou ne m’a envoyé un message un peu douteux. Juste une fois… un arbitre qui a tenté sa chance“, assure-t-elle. Une situation qui lui convient parfaitement : “Mais cela me rendrait malade d’entendre que j’ai la cuisse légère. Je me suis toujours interdit d’avoir une relation avec un joueur. Je suis peut-être passée à côté de belles histoires, mais c’est un choix. Et je ne le regrette pas.

Jamais approchée par une star du foot, la journaliste – qui entretient de bonnes relations avec Kylian Mbappé ou encore Cristiano Ronaldo – s’est peut-être fait draguer par des collègues du milieu… Moins amusant, Anne-Laure Bonnet a, comme Clémentine Sarlat de France Télévisions dans une moindre mesure, été victime de “propos déplacés“. “Mais pas au point de me rendre malade, précise-t-elle. Au point où ça me force à partir d’un endroit ? Oui. Je me suis toujours dit : ‘Si vous me traitez comme ça, je m’en vais.’ Mais grâce à Clémentine et à d’autres consoeurs qui ont témoigné, les choses sont en train d’évoluer et c’est tant mieux.

Une interview à retrouver en intégralité dans le magazine Gala, en kiosques ce jeudi 27 août 2020.