Annie Cordy : La mort de son mari, “le drame de sa vie”

0
209

Annie Cordy avait toujours le sourire et la joie de vivre, une façon de dissimuler ses fêlures. Parce que la star belge décédée le 4 septembre 2020 à l’âge de 92 ans en avait.

À lire aussi

Au cours d’un entretien accordé au Journal du dimanche ce 6 septembre, Jean-Paul Rouve partage quelques uns de ses souvenirs avec Annie Cordy, notamment ceux remontant à l’époque où l’acteur de 53 ans l’avait dirigée dans son film Les souvenirs. Elle y incarnait Madeleine, une grand-mère vivant en maison de retraite, sans vraiment réussir à y trouver sa place. Un pari osé, mais qui avait payé. “Au début du tournage, tout le monde était étonné de mon choix, se souvient Jean-Paul Rouve. Une fois celui-ci terminé, ils étaient étonnés par la prestation d’Annie. (…) Annie était une actrice tellement instinctive.

Pourtant, le tournage des Souvenirs a été marqué par plusieurs passages difficiles. “Dans la séquence d’ouverture, Madeleine assiste à l’enterrement de son mari. Je l’avais tournée avec trois caméras car je savais que Annie, la scène allait être difficile. Elle allait forcément penser à son propre mari, dont la disparition en 1989 est le grand drame de sa vie“, confie Jean-Paul Rouve.

Annie Cordy et François-Henri Bruneau ont été mariés durant plus de trente ans et celui qui était aussi devenu le manager de la star belge s’est éteint subitement à l’âge de 78 ans, après avoir succombé à un malaise cardiaque. A l’époque, Annie Cordy n’avait pas voulu abandonner son public et était remontée sur scène le soir-même. “Quand j’ai perdu mon mari, je peux vous assurer que je suis partie en miettes. Le soir, pourtant, j’étais sur scène ! Je suis comme ça, j’assure“, avait-elle déclaré à Paris Match en 2015. Finalement, Annie Cordy a si bien géré son émotion, avec une telle justesse, que Jean-Paul Rouve n’a eu à faire qu’une seule prise. “Elle parlait très peu de sa vie, de ses failles et de ses fragilités…“, confie l’acteur.

Annie Cordy avait pour rempart son amour de la scène et le public. C’est pour cela que sa nièce Michèle Lebon, qu’elle surnommait affectueusement Mimi, a annoncé que le public était convié à ses obsèques prévues le 12 septembre prochain au cimetière Abadie de Cannes. “Annie aimait le public. Elle appartient au public, a commenté sa nièce. Nous allons essayer de permettre à ceux qui le souhaitent de lui rendre hommage“, a-t-elle fait savoir à l’AFP dans la soirée du 5 septembre.