Antoine de Maximy déprimé à cause d’une “nana” : “J’ai cru que ma vie était finie”

0
141

Antoine de Maximy n’a pas fini de nous faire voyager. Mais cette fois-ci, il s’est lancé un nouveau défi : la réalisation de son premier film de fiction. Depuis le 16 septembre dernier, les Français peuvent le retrouver sur grand écran dans J’irai mourir dans les Carpates. Il s’agit d’une histoire totalement inventée autour de ce qui pourrait être un épisode de sa célèbre émission J’irai dormir chez vous (France 5) si celui-ci tournait mal.

À lire aussi

Vendredi 25 septembre 2020, il était invité à en parler sur le plateau de L’Instant Deluxe sur Non Stop People mais pas seulement. Antoine de Maximy a également été questionné sur ce qui pourrait être “le pire moment de sa vie personnelle“. De quoi le replonger dans ses souvenirs des “années 2000“, lorsqu’il a vécu un gros passage à vide. “J’ai fait une dépression et tu crois qu’il n’y a plus de bonheur possible, que ta vie est finie et que plus jamais tu seras content“, a-t-il révélé. Un épisode totalement méconnu de sa vie qu’a voulu éclaircir Jordan de Luxe. “Je ne l’ai pas spécialement raconté“, reconnaît alors le baroudeur de 61 ans avant d’apporter quelques détails. “C’est une accumulation de trucs mais déclenché par une nana comme toujours. Mais ouais j’ai eu un moment… je ne faisais plus rien, je n’avais plus envie.

J’ai appris à gérer ces trucs-là

Finalement, Antoine de Maximy s’est tout de même forcé à sortir la tête de l’eau en se consacrant à ce qu’il sait faire de mieux : les documentaires. “Je me suis soigné par le travail, j’ai fait quelques documentaires pour France O et surtout j’ai enchaîné avec J’irai dormir chez vous (diffusé pour la première fois en 2005, NDLR). Je me suis investi à fond. Je travaillais tout le temps ou je dormais“, relate-t-il.

Depuis cette période compliquée, Antoine de Maximy semble s’être promis de ne plus jamais se laisser abattre par les épreuves de la vie. “J’ai appris à gérer ces trucs-là et en fait je me raccrochais à l’idée que ça allait passer et c’est passer. Depuis, je profite de la vie“. Une belle philosophie qui lui réussit !