Arrêt de la L1: “Nous n’en resterons pas là”, prévient Aulas

0
97

“Nous n’en resterons pas là”: la décision prise jeudi d’arrêter définitivement la saison de Ligue 1 en gelant le classement final et en privant Lyon d’Europe “n’est pas logique” et traduit une gouvernance “mal faite”, a asséné jeudi le président de l’OL Jean-Michel Aulas.

Lors d’une conférence téléphonique avec l’AFP et le journal régional Le Progrès, le président lyonnais a dénoncé une “perte de chance” et dit envisager de “multiples” procédures pour éviter à son équipe une première saison sans compétition continentale depuis 1997.

Q: La Ligue de football professionnel (LFP) a figé le classement final avec une 7e place pour Lyon, non qualifié pour l’Europe via le championnat. Allez-vous déposer des recours et auprès de qui ?

R: “Il est toujours difficile de donner des détails au sujet de procédures qui seront multiples. Ce serait donner un certain nombre d’éléments à ceux qui sont attaqués pour mieux se défendre. Nous contestons trois points. L’arrêt du championnat décidé par la LFP sur un certain nombre d’informations qui ne sont pas des décrets d’Etat, avec notamment les dernières déclarations de la ministre sur le fait de pouvoir jouer à huis clos et devant moins de 5.000 personnes (dès août prochain, NDLR). Nous trouvons que la Ligue s’est précipitée pour l’arrêt des championnats. Nous avions imaginé un certain nombre de scenarii autres, avec des play-offs qui auraient pu intéresser un certain nombre de diffuseurs. Nos concurrents européens vont reprendre, à l’image de l’Allemagne et d’autres probablement. Il y a aussi le choix de la Ligue de retenir ce critère de classement choisi par la FFF qui n’attribuait pas de titre de champion (dans le cas des championnats amateurs, NDLR). On voit que ce classement n’est pas logique. Je ne veux pas attaquer un club plus qu’un autre mais Nice (5e) a plus joué que nous à domicile et n’a affronté qu’une fois le PSG et Lyon deux. Ce n’est pas une décision sans conséquence, comme pour les amateurs. Il y a des enjeux considérables. Dans les dix dernières années, l’OL a comblé au moins trois fois son retard sur le deuxième alors qu’il avait plus de dix points de retard. C’est une perte de chance très importante, valorisée (financièrement). On va la réclamer sous forme de dommages et intérêts, qui se chiffrent en plusieurs dizaines de millions d’euros.”

Q: Que pensez vous de la gouvernance de la Ligue depuis la suspension des compétitions en raison de la pandémie ?

R: “Je pense que la gouvernance de la Ligue a vécu avec cette crise. Il faudra que Noel Le Graët en tire les conséquences en tant que président de la fédération française. La gestion a été mal faite. Il y a eu des décisions mal bordées. La relation avec les diffuseurs a été étonnante. La gouvernance dans cet épisode a été discutable, la quasi-totalité des présidents le pense. Il y a probablement des enjeux différents. Il y a un certain nombre de choses qui n’auraient pas dû se passer et nous n’en resterons pas là.”

Q : Ne craignez vous pas pour la compétitivité du foot français par rapport aux étrangers?

R: “Bien sûr. Ils vont se muscler. Les Allemands vont récupérer leurs droits TV, l’Espagne, l’Italie et les autres pendant que nous, nous allons nous appuyer plus longtemps sur le chômage partiel. Nous ne nous préparons pas à être compétitif au plan européen. (…) Si on doit jouer fin juillet ou début août, nous allons reprendre autour du 15-22 juin et nous aurons six à sept semaines d’entraînement pour la réathlétisation des joueurs après trois mois d’arrêt. Il faudra faire une préparation d’autant plus importante que nos adversaires seront bien entraînés et prêts.”

Q: Quelles sont les conséquences pour l’OL si vous ne jouez pas en Coupe d’Europe la saison prochaine ?

R: “Nous avons déjà fait une partie du recrutement (comme Tino Kadewere du Havre, NDLR) et nous allons lever l’option d’achat de Karl Toko-Ekambi (auprès de Villarreal). Nous avons donc déjà une très bonne équipe. Nous ferons le recrutement comme si nous devions jouer en Coupe d’Europe en espérant qu’on y soit. Nous aurons une équipe meilleure la saison prochaine. Notre budget sera comme si nous nous étions qualifiés par le championnat. Si les recours pouvaient aboutir, cela permettrait de jouer en Ligue Europa… et nous pouvons aller aussi au bout en Ligue des Champions.”

Propos recueillis par François-Jean TIXIER.

© 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP.