Arthur : Sa fille Manava s’incruste en live dans son émission

0
225

Tous les jours, Arthur présente Show must go home, un programme diffusé sur les réseaux sociaux et animé de chez lui, confinement oblige. Mercredi 1er avril, Baptiste Lecaplain, Marianne James et Jarry ont participé au programme et ils ont tous eu la surprise de voir Manava (4 ans) débarquer en plein live.

À lire aussi

La fille d’Arthur et de Mareva Galanter n’est visiblement pas timide. La fillette que l’on n’a jamais vu en photo, ses parents prenant soin de préserver son identité, a fait sa petite curieuse dès le début de la diffusion de l’émission. Plusieurs fois elle a passé la tête dans la pièce où Arthur présente son programme et s’est glissée derrière un rideau pour regarder son père travailler. Au bout de dix minutes d’émission c’est finalement Jarry qui a vendu la mèche : “Arthur, tu as caché ta fille derrière le rideau, derrière toi !“. Mais le temps qu’Arthur se retourne, Manava avait disparu.

C’est ensuite au bout de 40 minutes d’émission que la fillette a débarqué totalement dans le programme pour aider son père à présenter le jeu ABC Song (le principe est simple, on tire une lettre au sort et il faut chanter une chanson dont le refrain commence par la lettre tirée). Et c’est Manava qui a été la main innocente. Particulièrement ravie de contribuer à l’émission de son papa, elle criait haut et fort les lettres aux invités. Il semble même, vu l’écriture, qu’elle a fabriqué les petites papiers. Malgré sa présence en plein live, Manava n’a pas dévoilé son visage, elle était trop basse par rapport à la caméra.

Enfin, à la toute fin de l’émission, lors du générique de fin, Arthur a pris sa fille dans ses bras. Mais attention, il a pris soin de cacher la tête de son enfant avec sa main.

Il y a quelques jours, dans une interview, Arthur avait évoqué son confinement avec sa compagne et sa fille. Il racontait qu’il prenait plaisir à passer du temps avec Manava : “On fait l’école tous les deux devant l’ordinateur connecté avec la maîtresse. Je ne sais pas si j’aurais réussi à faire les devoirs de mon fils de 10 ans, mais là, les triangles, les ronds, c’est bon, je m’en sors. En une semaine, j’ai passé plus de temps collé à ma fille que les six derniers mois. Jamais j’aurais pensé faire l’école à ma fille de toute ma vie. Donc, finalement, il y a du bon qui sort de ce confinement.”