Aude (L’amour est dans le pré) indignée : témoignage et coup de gueule

0
98

Alors que le ministre de l’Éducation nationale a créé la polémique en France après avoir incité les jeunes femmes à adopter une “tenue républicaine” pour aller en classe, la candidate Aude de l’émission L’amour est dans le pré a confié être scandalisée que les filles ne soient plus libres de s’habiller comme elles le souhaitaient.

À lire aussi

Le 3 octobre 2020, l’ex de Christopher a également dévoilé avoir été victime de harcèlement scolaire et en a profité pour partager la publication d’un parent d’élève, outré par les propos de Jean-Michel Blanquer. Indignée et encore à fleur de peau concernant sa propre expérience scolaire, elle écrit : “Ce matin je lis ce post @papachouch. Des souvenirs me remontent en tête… Je l’ai vécu à plusieurs reprises, d’une façon plus violente que certaines et certainement moins que d’autres. Une femme / fille n’est pas un objet de désir, et personne n’a le droit de toucher son corps sans son consentement. RESPECT. Voilà une valeur qu’il est temps de remettre à la mode. Respect des hommes / garçons envers une femme / fille, respect des hommes entre eux, respect des femmes entre elles, respect des femmes envers leur corps.

Dans la publication repostée par la maman de Louane (5 ans) et de Raphaël (1 an, fruit de son amour avec Christopher), un papa s’inquiète de la montée du sexisme à l’école et rappelle que l’éducation des filles n’est pas moins importante que celle des garçons. “Quand vous interrompez une fille à l’école pour la forcer de se changer, de retourner chez elle parce que ses shorts sont “trop courts” ou que l’ont voit ses bretelles de brassière, vous lui dites que cacher son corps est plus important que son éducation” écrit le père avant d’ajouter, choqué : “Au lieu de blâmer les filles pour leurs corps, apprenez aux garçons que les filles ne sont pas des objets sexuels.” Un message qui semblait tenir particulièrement à coeur d’Aude, candidate fétiche de la saison 13 de L’amour est dans le pré.