Augustin Trapenard, accusé d’avoir fourni la drogue du prince Harry, se souvient

0
167

Avant de transmettre son amour des lettres à la radio et à la télévision, il a tenté l’expérience sur les bancs d’école : il fut un temps où Augustin Trapenard était effectivement professeur. Il enseignait, à l’époque, notre langue en Angleterre, au Collège d’Eton… où le prince Harry étudiait. Le jeune homme était alors en pleine crise d’adolescence… “C’est marrant parce qu’il s’était fait gauler en train de fumer du shit et tous mes potes m’appelaient en me disant : ‘Avoue, c’est toi qui as fait fumer le prince !’, raconte-t-il dans les colonnes du magazine Têtu. Ça en dit long sur ma réputation ! Alors je le dis une bonne fois pour toutes : non ! En plus, le prince a choisi ‘dessin’ plutôt que ‘français’, je ne l’ai même pas eu comme élève.

À lire aussi

Depuis, le prince Harry s’est assagi, a épousé Meghan Markle et eu son premier enfant, Archie, le 6 mai 2019. Une route que pourrait bien suivre à son tour, à l’avenir, Augustin Trapenard. Le journaliste littéraire penserait au mariage et à l’héritage qu’il laissera sur terre. Les enfants ? “Pendant très longtemps, je n’y ai pas pensé, précise-t-il. Si je suis totalement honnête, je suis hanté par la question de la transmission. Je suis parrain trois fois, oncle neuf fois. C’est quelque chose qui m’interroge. Je ne sais pas encore très bien comment. On verra…” L’année 2020 pourrait donc lui réserver quelques surprises.

Augustin Trapenard : qui est son compagnon ?

Augustin Trapenard pourrait être un bourreau des coeurs. Mais il a choisi de n’être l’homme que d’un seul homme… après mûre réflexion. Celui qui partage sa vie n’est autre que son ex-compagnon, avec qui il s’est remis en couple cinq ans après leur rupture. “Je reviens de loin, s’amuse-t-il. Ma vie est un éternel rattrapage : je rate, je recommence, je fais mieux […] Je fais des erreurs, alors j’essaie de rattraper les choses. Parce que je suis un pro pour délibérément, monumentalement, rater mes histoires d’amour.” Comme quoi, cette affirmation n’est plus tout à fait juste.

Retrouvez l’interview intégrale d’Augustin Trapenard dans le magazine Têtu, numéro 221 du 27 novembre 2019.