Aurélie Dotremont, très rare photo sans perruque : “Mon crâne revit enfin !”

0
263

En mars dernier, Aurélie Dotremont avait créé la surprise en évoquant, en larmes, son crâne rasé. La jeune femme, souffrant de boulimie, a perdu ses cheveux ces derniers mois et a été contrainte de porter une perruque. Pour la première fois mardi 11 juin 2019, elle s’est affichée sur Instagram les cheveux au naturel et s’explique.

À lire aussi

Il y a aujourd’hui six mois, j’ai dû me couper les cheveux tel un nouveau-né, à des endroits, la tondeuse a été utilisée. Ça a été la chose la plus difficile de ma vie, mais je n’avais pas le choix à force de faire des couleurs, des extensions depuis dix ans. Et j’ai surtout une perte de cheveux importante à cause de cette maladie qui me fait des plaques sur le crâne. J’ai dû trouver une solution pour partir en tournage d’urgence, car j’avais au départ annulé Miami. La perruque m’a sauvée“, a raconté Aurélie Dotremont.

Rappelons que la jeune femme avait été la cible de critiques il y a peu. Actuellement dans Les Anges 11 à Miami, la candidate de télé-réalité a été moquée, car sa perruque était mal mise à l’écran. “Un mot à toutes ces personnes qui en ont parlé, rigolé, qui s’en sont réjouis… Je laisse le karma s’occuper de votre cas parce que vous ne savez pas ce que j’ai vécu“, a-t-elle poursuivi.

Aujourd’hui, Aurélie Dotremont a presque atteint “la longueur pour remettre des bandes à froid pour donner de la masse à [son] cheveu” et elle s’en réjouit : “Je n’assume pas mes cheveux courts, j’ai toujours eu les cheveux longs, donc je vais remettre des faux cheveux… Mais mon crâne revit enfin !

Aurélie Dotremont avait évoqué sa maladie, la boulimie, pour la première fois en 2014. “Je pèse 44 kilos pour 1,62 m. Je n’ai jamais été grosse. Habituellement je pèse 48 kilos, avait-elle déclaré à Public. Je suis boulimique depuis l’âge de 19 ans. Un jour, j’ai trop mangé et, comme j’étais mal, je me suis fait vomir. Quand j’ai vu que j’avais le ventre plat le lendemain, je me suis prise au jeu et je n’ai jamais arrêté.