Aurélien (Mariés au premier regard 2021 ), “pas un bon coup” : Marianne balance

0
11

Marianne n’a pas fait dans la langue de bois lors de son interview pour le blogueur Jeff Lang2VIP. La candidate de Mariés au premier regard 2021 a été interrogée sur les performances sexuelles de son ancien époux Aurélien, rencontré dans le cadre du tournage de l’émission de M6. Et elle a dit toute la vérité, rien que la vérité quitte à le vexer.

Depuis la fin de la diffusion de Mariés au premier regard 2021, Marianne accorde de nombreuses interviews afin de revenir sur son expérience difficile. Si au début de son aventure, elle avait des étoiles plein les yeux, car elle a eu un coup de foudre pour le jumeau de Mathieu, elle a vite compris que l’homme censé être compatible avec elle à 78% n’était pas fait pour elle.

En plus de ne pas avoir la même vision concernant une possible amitié avec ses anciens compagnons ou la même vision du couple, les deux candidats n’étaient pas compatibles sexuellement. Selon la belle blonde de 28 ans, Aurélien n’était “pas un bon coup. “Très centré sur lui et pas beaucoup de tendresse. Quand on fait l’amour, il n’y a pas de soucis à être sauvage, mais lui n’avait pas de tendresse du tout. Je vais être vulgaire mais j’avais l’impression de baiser avec un homme et pas de faire l’amour avec mon mari“, s’est-elle justifiée. Elle ne lui donnerait donc pas plus de 12/20 si elle devait le noter.

Marianne a également rappelé que, selon Aurélien, elle était égoïste. Récemment interrogée par Gossip Room, elle avait en effet expliqué que son ex-mari lui avait reproché de ne pas vouloir lui faire plaisir. “Il m’a clairement manqué de respect. On se disputait beaucoup au sujet de mes ex. A cette période là, j’étais indisposée comme toutes les femmes une fois par mois. Et lui venait beaucoup vers moi, il me faisait comprendre qu’il avait envie de moi, très clairement. Je mettais des barrières, on ne faisait que se disputer et je n’étais pas dans le mood. Et quand ça s’est un peu arrangé, pendant vingt-quatre heures, c’était la fin de ma période d’indisponibilité et je suis allée vers lui. Il m’a repoussée en me disant que j’étais quelqu’un d’égoïste parce qu’il partait du principe qu’une femme se devait de faire plaisir à son homme même si elle ne pouvait rien faire. (…) On ne peut pas dire ça à une femme. On n’est pas des objets sexuels“, avait-elle déclaré.