Ayem Nour, victime de grossophobie : au bord des larmes, elle se confie sur ce qui a “pourri sa vie”

0
8

Depuis le 17 juin dernier, Ayem Nour s’est fait une place dans les librairies. L’ancienne star de télé-réalité révélée dans Secret Story (2011) a décidé de s’inspirer de sa propre expérience pour sortir l’ouvrage intitulé Simplement Keto, mes conseils et 50 recettes pour maigrir sans frustration (aux éditions Thierry Souccar). Il s’agit d’un livre de recettes appliquant la méthode révolutionnaire pour maigrir de ces derniers temps : le régime cétogène ou régime keto.

En pleine tournée promotionnelle, Ayem Nour a fait un petit tour du côté des équipes de Grazia. La jolie brune a notamment réalisé une courte vidéo pour les réseaux sociaux dans laquelle elle révèle ses motivations, ses coups de mous, mais aussi sa vision optimiste de l’avenir“, apprend-t-on sur l’Instagram officiel de Grazia. Ayem Nour a également profité de cet entretien pour évoquer la grossophobie dont elle a été victime avant de perdre du poids.

Comment surmonter la grossophobie sur les réseaux sociaux ? Très honnêtement, je n’ai pas la prétention d’avoir la solution… Je pense que d’une manière générale, le meilleur moyen c’est de l’ignorer“, a-t-elle conseillé. Pourtant, elle reconnaît qu’elle n’a pas toujours su faire fi des violentes critiques à son encontre. C’est d’ailleurs avec beaucoup d’émotion qu’elle se souvient de cette période. “Je suis émue parce que le côté négatif, il n’est vraiment pas cool. C’était avant… (elle s’arrête pour retenir ses larmes) Je n’avais pas du tout prévu ça… Il y a eu beaucoup de méchanceté, de moqueries, d’insultes, et ça oui c’est le côté négatif des réseaux sociaux qui vous pourrissent la vie au quotidien.”

Je n’étais pas bien dans mon corps

Si elle est consciente que la fixation des internautes sur son image l’ont poussé à se remettre en question, Ayem Nour l’assure : c’est uniquement pour son bien-être personnel qu’elle a entrepris de se métamorphoser. “Quand j’ai décidé de perdre du poids, je n’étais pas bien dans mon corps, même si les moqueries m’ont forcément interpellé, on ne peut pas les nier totalement. Mais je me suis posée la question à moi-même. Je me suis dit ‘Ayem, est-ce que quand tu te regardes, quand tu t’habilles, quand tu te lèves le matin, est-ce que tu te sens bien dans ton corps ? Si tu te sens bien, avec des formes, ne te prends pas la tête avec ce qu’il se dit’. En l’occurrence, je ne me sentais pas bien“, a-t-elle confié.