Beatrice Borromeo, à nouveau mannequin : un joyau pour Buccellati…

0
161

Un an après avoir célébré le centenaire de sa fondation, la prestigieuse maison italienne de joaillerie Buccellati, passée la même année dans le giron du groupe Richemont, s’est offert un inestimable cadeau : Beatrice Borromeo. La très rare épouse de Pierre Casiraghi et belle-fille de la princesse Caroline de Hanovre a accepté de devenir la nouvelle ambassadrice de la marque pour une campagne publicitaire qui sera dévoilée au mois d’avril 2020.

À lire aussi

Concentrant déjà toute la grâce et l’élégance que les deux parties ont en partage, une première image extraite du shooting réalisé par le photographe anglais Josh Olins (qui avait notamment photographié il y a une dizaine d’années Lady Gaga pour Vogue et avait observé la popstar dans son Monster Ball Tour) a été dévoilée, issue d’une session organisée à Rome avec le concours de Out There Agency (direction artistique) et d’Anastasia Barbieri (stylisme). Beatrice Borromeo, 34 ans, y apparaît de profil, entre ombre et lumière, saisie dans l’instant d’un mouvement avec à son cou, son doigt et ses oreilles des créations de la griffe milanaise.

Si elle a choisi de ne pas embrasser la carrière de mannequin qui s’offrait à elle, qui défila dès ses 15 ans pour Chanel puis, représentée par l’agence Women Management, pour d’autres marques de grand renom (Valentino, Trussardi, Alberta Ferretti ou encore Ermanno Scervino), la belle aristocrate italienne en a gardé l’aisance et l’allure. Ce qu’on avait pu constater lors de son retour éclatant en 2015 devant l’objectif de Paolo Roversi pour le Vogue Italie et ce qui s’impose à chacune de ses apparitions publiques en tant que membre de la famille princière de Monaco.

En attendant d’en dévoiler plus, Beatrice Borromeo, très parcimonieuse dans l’utilisation de son image, a révélé son attachement particulier aux bijoux Buccellati, qu’elle considère comme un “trésor familial” (“i più cari di famiglia“) véhiculant des souvenirs précieux, avec un savoir-faire spécifique et des techniques de gravure ancestrales transmis de génération en génération – depuis la première, celle du fondateur Mario Buccellati, et jusqu’à la quatrième, incarnée par son arrière-petite-fille Lucrezia, fille d’Andrea. “Je me souviens d’un magnifique bracelet Buccellati que ma mère avait reçu en cadeau quand j’étais petite. Il était en or et incrusté d’étoiles en diamant. A la maison, je le mettais à chaque fois que je le voyais“, a témoigné auprès de la revue Town and Country, pour illustrer son propos, la fille de la comtesse Paola Marzotto et du comte Carlo Borromeo. Lorsqu’on m’a proposé de collaborer avec Buccellati, cela a fait ressurgir ces souvenirs et je suis heureuse de représenter une marque aussi élégante et spéciale.

Beatrice Borromeo, mère de deux enfants (Stefano et Francesco) avec Pierre Casiraghi, qui fait lui aussi occasionnellement des incursions dans le monde du luxe et de la mode, rejoint parmi celles qui ont déjà joué le rôle d’égérie pour Buccellati des personnalités telles que les actrices Zhang Ziyi et Elisa Sedanoui, mais aussi… Marta Ferri, styliste qui n’est autre que sa bien-aimée belle-soeur ! Sur le site officiel de la marque, une page est d’ailleurs dédiée à l’épouse de Carlo Borromeo et à la collection qu’elle signa en 2014 en tant que “muse” de Buccellati. Décidément une histoire de famille.