Biden ne veut pas se laisser entraîner dans le conflit israélo-palestinien

0
20

Joe Biden l’a clairement laissé entendre: le conflit israélo-palestinien, sans espoir de résolution rapide, ne fait pas partie de ses priorités. Mais comme pour nombre de ses prédécesseurs, une crise oblige déjà le président des Etats-Unis à s’impliquer, a minima, pour éviter l’explosion.

L’escalade de la violence place le démocrate face à une équation complexe — diplomatiquement, ses cartes étant limitées, mais aussi politiquement, l’aile gauche de son parti le poussant à prendre plus franchement ses distances avec Israël après le soutien acharné manifesté par Donald Trump.

“On peut facilement comprendre que l’administration Biden considère qu’il s’agit d’un effort peu utile, peu rentable et semé d’embûches politiques”, explique à l’AFP Aaron David Miller, ex-négociateur américain pour le Proche-Orient.

“Il n’y a aucune perspective de succès dans ce dossier. Il n’y a aucun dirigeant, des deux côtés, prêt à prendre des décisions”, ajoute cet expert du cercle de réflexion Carnegie Endowment for International Peace.

Selon lui, “dans le meilleur des cas, l’administration Biden peut juste espérer calmer la violence” dans la crise actuelle.

Ces derniers jours, le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken et le conseiller pour la sécurité nationale Jake Sullivan ont multiplié les contacts et les déclarations en faveur d’une “désescalade”. Selon des observateurs, Washington intervient aussi auprès de ses partenaires arabes comme l’Egypte, la Jordanie ou le Qatar, pour qu’ils favorisent un cessez-le-feu entre Israël et le mouvement islamiste Hamas.

Mais les tensions meurtrières, nées en partie de la menace d’expulsions visant des Palestiniens de Jérusalem-Est au profit de colons israéliens, et qui ont dégénéré d’abord en heurts puis en tirs de roquettes du Hamas vers l’Etat hébreu et en frappes de Tsahal contre la bande de Gaza, n’ont fait que s’accentuer.

Jusqu’ici, les rares mesures obtenues de la part des autorités israéliennes pour calmer le jeu se sont révélées insuffisantes.

– “Soi-disant plan de paix” –

“Je pense que les Américains espèrent surtout que les choses s’apaisent d’elles-mêmes dans les prochains jours, avec la fin du ramadan”, dit Aaron David Miller.

A leur arrivée au pouvoir en janvier, le président Biden et son équipe ont fait savoir qu’ils n’entendaient pas se précipiter vers une nouvelle médiation — d’autant que l’avenir politique du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas est en suspens.

Antony Blinken a apporté son soutien à la création future d’un Etat palestinien mais a reconnu qu’il n’y avait pas de “perspective réaliste en ce sens à court terme”. “Les deux parties ne sont pas actuellement en mesure d’entreprendre de vraies négociations pour aller vers une solution à deux Etats”, a de nouveau constaté mardi son porte-parole Ned Price.

L’ex-président Trump avait tourné le dos à cette solution poussée par la communauté internationale et apporté tout son soutien à Benjamin Netanyahu en reconnaissant unilatéralement Jérusalem comme capitale d’Israël.

En fin de mandat, le milliardaire républicain avait avancé son plan de paix, qui aurait permis à l’Etat hébreu d’annexer une grande partie de la Cisjordanie, ne laissant aux Palestiniens qu’un Etat réduit à peau de chagrin avec une capitale en périphérie de Jérusalem.

“Je pense qu’on peut dire sans se tromper qu’il y a des éléments de ce soi-disant plan de paix qui ne représentent pas un point de départ constructif”, a ironisé Ned Price.

L’administration Trump avait finalement donné la priorité à la reconnaissance d’Israël par d’autres pays arabes, avec succès, dans l’espoir de marginaliser encore davantage la question palestinienne.

– Pas de rupture –

L’administration Biden a elle apporté son soutien à cette normalisation — l’une des rares réussites internationales qu’elle reconnaît au gouvernement précédent –, tout en renouant avec une diplomatie plus traditionnelle et moins déséquilibrée à l’égard du conflit israélo-palestinien.

Joe Biden et Antony Blinken, des vétérans de la politique étrangère américaine, ont eux aussi des liens solides et anciens avec Israël. Mais les prises de position ultrafavorables à l’Etat hébreu de l’ère Trump ont contribué à faire évoluer une frange croissante du Parti démocrate américain, notamment à l’égard d’un Benjamin Netanyahu de plus en plus considéré comme un dirigeant de la droite extrême.

Bernie Sanders, principal adversaire de Joe Biden à la primaire démocrate, a appelé les Etats-Unis à “dénoncer fermement la violence des extrémistes israéliens alliés du gouvernement”.

Phyllis Bennis, chercheuse à l’Institute for Policy Studies, classé à gauche, estime que le président américain, malgré certains désaccords avec “Bibi” Netanyahu, n’a pas affiché de véritable rupture avec plusieurs décisions controversées de son prédécesseur.

“Comme Israël ne veut pas que nous retournions dans l’accord sur le nucléaire iranien, mais que nous allons le faire malgré tout, alors nous n’allons prendre aucune autre décision susceptible de déplaire à Israël, comme faire pression contre ses violations directes du droit international”, dit-elle à l’AFP.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP.