Bill Cosby interviewé depuis sa prison : il n’éprouve aucun remord !

0
97

Appelez-le Edith Piaf parce qu’il le crie sur tous les toits : il ne regrette rien ! Âgé actuellement de 82 ans, Bill Cosby a donné sa première interview, depuis la prison de Pennsylvanie, au site BlackPressUSA.com. Un an et demi après sa condamnation, il a communiqué avec le média par téléphone, par plage de 15 minutes (le temps maximum autorisé pour un appel en prison). L’acteur purge actuellement une peine de trois à dix ans de prison après avoir été reconnu avoir drogué et sexuellement abusé d’Andrea Constand, en 2004.

À lire aussi

Bill Cosby continue a clamer son innocence, dit-il au site. “Il me reste 8 ans et 9 mois. Si j’obtiens la liberté conditionnelle, je ne dirai jamais que je suis désolé. J’étais là. Je me fiche de savoir qui a fait une déclaration. Ils n’étaient pas là, ils ne savent pas”. Lors d’une audience de mise en liberté conditionnelle, pour obtenir une libération, le détenu doit faire amende honorable. Chose que Bill Cosby refuse catégoriquement à faire.

Il estime sa condamnation tout à fait injuste : “Ce jury était truqué, ils étaient tous des imposteurs”. Il aurait même entendu une conversation entre deux jurés, l’un disant “il est coupable, alors maintenant nous pouvons tous rentrer chez nous”. “Un fait évident de corruption”, selon Bill Cosby. Pour l’heure, il semble profiter de sa vie en prison. Arguant être “un homme privilégié”, il qualifie sa cellule de “penthouse”.

Dans cette même interview, celui qui jouait Cliff Huxtable avoue être inquiet pour la communauté afro-américaine aux États-Unis. “Les responsables de cette décision sont seulement ceux au pouvoir, ceux qui veulent supprimer tout ce qu’il y a de positif dans la communauté noire”, dit-il pour répondre à la déprogrammation massive de sa série The Cosby Show.

Depuis la condamnation de Bill Cosby, plus de 60 femmes ont porté plainte contre lui pour agression sexuelles. Le procureur Kevin Steele a été clair dès le début du procès: “Quiconque drogue délibérément une personne pour pouvoir en abuser sexuellement doit payer le prix fort et ce prix est celui de la liberté”.