Birmanie: un village incendié, des habitants accusent l’armée

0
17
placeholder

Un village du centre de la Birmanie a été presque entièrement détruit par les flammes après l’intervention de militaires, ont déclaré mercredi à l’AFP des habitants, tandis que l’armée a attribué la responsabilité de l’incendie à des “terroristes”.

Le pays est plongé dans le chaos depuis le coup d’Etat du 1er février et la répression brutale menée par l’armée birmane contre les manifestations réclamant le retour de la démocratie. Des affrontements ont éclaté dans de nombreuses parties de la Birmanie, où des civils ont formé des forces “d’autodéfense” pour s’opposer à la junte.

Mardi, des troupes de la junte ont fait irruption dans le village de Kin Ma, dans la région de Magway (centre), à la recherche de membres d’une force d’autodéfense locale, a déclaré à l’AFP un habitant, un homme de 48 ans qui a souhaité garder l’anonymat.

“Alors que les gens couraient, ils (les militaires) ont tiré sur le village avec un lance-roquettes. Et puis nous avons vu les flammes se dégager des maisons du village”, a-t-il raconté.

“Nous ne pensions pas qu’ils détruiraient tout, alors nous avons couru sans prendre nos affaires et avons tout laissé à la maison”.

“Il y avait 250 maisons dans le village, maintenant il n’en reste plus qu’une vingtaine”, a déclaré à l’AFP un autre villageois, ajoutant qu’un couple de personnes âgées qui n’avait pas pu fuir avait été tué dans l’incendie.

“Ma maison a également été réduite en cendres… il ne reste que la structure métallique”, a-t-il ajouté.

placeholder

Des images publiées par des médias locaux montraient des panaches de fumée s’élevant dans le ciel et les restes d’habitations carbonisées.

Les médias locaux ont également rapporté qu’un couple de personnes âgées était décédé dans l’incendie.

Selon les autorités, l’incendie a commencé après que “40 terroristes armés” ont mis le feu à la maison d’un membre local d’un parti pro-armée, ce qui a déclenché le déploiement de militaires sur place.

“A cause du vent, l’incendie s’est propagé aux maisons voisines et environ 70% du village a été incendié”, a déclaré le service de presse de la junte dans un communiqué.

Manifestations quasi-quotidiennes, économie paralysée par des grèves massives, recrudescence des affrontements entre armée et factions ethniques rebelles: la Birmanie est en ébullition depuis le putsch qui a mis fin à une parenthèse démocratique de 10 ans.

Le mouvement de contestation est réprimé dans le sang par les forces de sécurité qui ont tué ces derniers mois plus de 860 civils, dont des femmes et des enfants, selon l’Association d’assistance aux prisonniers politiques (AAPP).

Le chef de la junte, Min Aung Hlaing, a justifié sa prise de pouvoir en raison de fraudes supposées aux législatives de novembre 2020, remportées massivement par le parti d’Aung San Suu Kyi, la Ligue nationale pour la démocratie.