Bleus: “Lutter contre ce sentiment de confort”, avertit Didier Deschamps

0
52

L’équipe de France, qualifiée pour l’Euro-2020 en cas de victoire jeudi contre la Moldavie, doit “lutter contre ce sentiment de confort, conscient ou inconscient” qui l’accompagne, a prévenu lundi le sélectionneur Didier Deschamps, invitant ses joueurs à être “en éveil”.

Q: La France est quasiment qualifiée, redoutez-vous un relâchement ?

R “Dans +quasiment qualifiée+, il y a +quasiment+, je n’aime pas les +quasiment+. On n’est pas 100% à l’abri. Il faut lutter contre cet environnement, peut-être inconscient, qui nous fait nous dire qu’on est qualifiés. Il y a la Moldavie, l’Albanie, et après on peut discuter. Il n’y a pas de crainte mais l’expérience est là pour nous rappeler d’être en éveil, voire même d’être mis en garde. Mais ce n’est pas toujours évident de lutter sur ce sentiment de confort conscient ou inconscient. Il faut faire en sorte que le sentiment y soit vraiment (avec une qualification).”

Q: A quelle équipe moldave vous attendez-vous ?

R: “Il y a un nouveau sélectionneur. Je ne sais pas les options qu’il prendra. On va essayer de donner le maximum d’infos à nos joueurs sur ce qu’on doit faire sur le terrain, mais cela devra surtout se transcrire sur la pelouse. Il faudra se servir du match aller (4-1), penser à nous, à ce qu’on est capable de faire.”

Q: Comment expliquez-vous l’augmentation du nombre de blessures qui touche la sélection ?

R: “On peut expliquer cela par le fait d’avoir été en Coupe du monde (en 2018), d’avoir fini très tard, d’avoir eu une préparation écourtée, par le calendrier surchargé, la cadence des matches, les saisons accumulées. Ce n’est pas spécifique aux joueurs français… C’est le rythme, il y a de plus en plus d’intensité dans les matches… Cela peut être accidentel, des fois c’est des chocs, mais en tout cas il y a beaucoup plus de joueurs blessés. Je ferai en sorte de mettre la meilleure équipe sans prendre de risque. On ne sait pas ce qu’il peut se passer, on l’a vu en Islande (N’Golo Kanté avait déclaré forfait à quelques minutes du coup d’envoi en octobre). Les 23 sont susceptibles de débuter, mais comme je n’ai pas beaucoup de temps (seulement trois jours avant le premier match jeudi, NDLR) je vais m’appuyer (…) sur ma logique, sur ce qu’on a fait pour le moment.”

Q: Tanguy Ndombélé a-t-il changé depuis son transfert de Lyon à Tottenham ?

R: “Il n’a pas changé, il a toujours son caractère. Il a changé de galaxie un peu, de culture aussi, mais il a toujours cette capacité balle au pied, de changement de rythme, il casse des lignes. Sa marge de progression se situe sur la régularité, sur le fait de pouvoir, en enchaînant les matches, maintenir un niveau de performance. On parle d’un jeune joueur qui a changé complètement de football, de pays, cela a amené des changements dans sa vie quotidienne certainement. Il doit être capable de maintenir ses qualités tout en essayant de franchir les paliers.”

Q: Olivier Giroud est le joueur que vous avez le plus utilisé depuis votre arrivée en 2012. Qu’est-ce que cela signifie ?

R: “Peut-être que cela veut dire quelque chose. Mais c’est surtout ce qu’il s’est passé sur le terrain qui veut dire quelque chose. S’il est celui que j’ai le plus utilisé, il ne faut pas oublier non plus le ratio matches et buts. Il n’y en a plus beaucoup devant lui en termes de buts dans l’histoire de l’équipe de France (seuls Thierry Henry et Michel Platini le devancent, NDLR). Il a fait ce qu’il fallait, il a répondu à la confiance.”

Q: Pourquoi ne pas avoir convoqué Anthony Martial ?

R: “Anthony a fait partie du groupe pendant de longues années, et régulièrement. Depuis, cela a été moins le cas, il a été blessé, freiné. Deux ou trois fois, il n’a pas pu répondre au rassemblement. Il est revenu dans un rôle différent, en pointe, cela se passe plutôt bien, mais il fait partie depuis un bon moment des joueurs susceptibles d’être appelés.”

Propos recueillis en conférence de presse.

© 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP.