Bourvil : La somme misérable qu’il rapporte à ses deux fils tous les ans

0
137

Le monde du cinéma est fébrile en ce 23 septembre 2020. Cette date est difficile à digérer pour bien des raisons. C’est notamment ce jour-là que sont morts Romy Schneider et Bourvil. Concernant ce dernier, des hommages ont bien sûr été programmés – bien qu’il n’apparaisse pas, comme sa consoeur, en portait sur Google. Du côté des Yvelines, le cimetière de Montainville a par exemple reçu un défilé d’admirateurs. C’est là-bas que le comédien, décédé à l’âge de 53 ans, avait acheté une maison de campagne dans les années 1950. C’est également là-bas qu’il avait choisi d’être enterré.

À lire aussi

La tombe de Bourvil est toujours couverte de fleurs fraîches mêlées à des messages d’admiration, explique Bertrand Beyern, guide de cimetière au Figaro. Personne ne l’a oublié.” Sous la dalle gît l’acteur et son épouse Jeanne Lefrique, morte en voiture en 1985 en se rendant, justement, en ce funeste lieu. Mais la lignée ne s’est pas arrêtée là. Fou d’amour, le couple a eu deux enfants : Dominique, aujourd’hui 70 ans, et Philippe, 67 ans.

Il aurait été assailli de demandes d’autographes

Les deux frères ont vécu une enfance sans encombre. Ils ne réalisaient sans doute pas qu’ils côtoyaient Louis de Funès ou encore Michel Berger. “Élevés par des parents tout ce qu’il y a de plus normaux, nous avons appris la valeur du travail, le respect, l’honnêteté et la simplicité, explique l’aîné. Lors de nos étés en Normandie, on se rendait compte du contraste. Mon père nous envoyait aux fêtes de village avec notre oncle ou notre tante car lui aurait été assailli de demandes d’autographes.” Dominique Raimbourg est un avocat pénaliste. Il a été député de la Loire-Atlantique de 2007 à 2017 et est un ami proche de François Hollande. Plus discret, Philippe est une sommité de la finance qui enseigne à la Sorbonne.

Pari perdant

On pourrait croire qu’ils vivent dans le faste et l’allégresse. Ce serait sans prendre en compte les tristes choix de Bourvil, de son vivant. En réalité, le comédien n’a jamais spécialement misé sur sa carrière et n’a, par exemple, pas produit ses plus grands succès. Résultat des courses : malgré sa présence dans les plus grandes comédies françaises, à l’image de La grande vadrouille, il ne rapporte qu’entre 4000 et 8000€ à ses fils par an – quand Louis de Funès rapporte un demi-million par an à Studiocanal et à Gaumont. “Mon père disait qu’en refusant d’investir dans Le Corniaud, il avait fait la plus mauvaise affaire de sa vie” se souvient son grand fils. Effectivement…