Connect with us

Brésil: sur Instagram, elle diffuse les photos de son agression afin de lutter contre les violences conjugales

Dépêche

Brésil: sur Instagram, elle diffuse les photos de son agression afin de lutter contre les violences conjugales

Interpellé, l’agresseur a été remis en liberté en l’échange d’une caution de 60.000 dollars.

“Je ne vais pas cacher mes cicatrices et mon histoire car les femmes ne devraient jamais se sentir honteuses d’avoir été victimes de violences conjugales.” 

C’est par ces mots, forts, que Melissa Gentz, 22 ans, une étudiante brésilienne de l’université de South Florida aux Etats-Unis, a raconté son histoire sur Instagram. Victime de violences conjugales de la part de son petit ami, la jeune femme a également publié plusieurs clichés où l’in peut voir son visage tuméfié, à la suite de coups violents.

Comme l’explique le média NBCNews, l’auteur des coups, Erik Bretz, a été interpellé par la police locale le 24 septembre matin dernier. Selon le rapport de la justice américaine, l’agresseur se serait montré agressif après la consommation de somnifères et d’alcool. Après avoir frappé la jeune femme à l’aide d’une bouteille, il aurait également tenté de l’étrangler à l’aide de ses jambes.

Héritier d’une riche famille brésilienne, propriétaire d’une chaîne de supermarchés, le suspect a été relâché en l’échange d’une caution de 60.000 dollars. Via un communiqué de son avocat consulté par le Daily Mail, ce dernier rejeté les accusations et explique vouloir attaquer son ex-petite amis en justice, qu’il accuse d’avoir été l’agresseuse initiale.

Comme le relate de son côté Le Parisien, l’agression et les photographies ont eu une forte répercussion au Brésil. Plusieurs personnalités locales ont défendu la jeune fille et ont appelé “à une condamnation du jeune homme.”

Depuis maintenant plusieurs mois, le Brésil tente, via des campagnes de prévention, d’endiguer les violences conjugales dans le pays. En août passé, l’opinion publique avait été profondément marqué par la mort d’une jeune femme, dont l’agression avait été filmée par des caméras de vidéosurveillance.

Sur les réseaux sociaux, l’affaire avait été à l’origine du hashtag #metaAcolher, un jeu de mots dérivé d’une expression brésilienne selon laquelle il n’est pas bon de s’interposer, mettre une cuillère, lors d’une dispute conjugale. Les internautes appelaient au contraire à intervenir en cas de violences.

Continue Reading
You may also like...
Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

More in Dépêche

To Top