Brexit: les principaux acteurs de la saga

0
117

Chacun à leur manière, ils ont pesé sur le cours de l’histoire du Brexit, qui a pris effet vendredi soir. Voici les principaux personnages de la saga.

– David Cameron

Premier ministre pendant six ans à partir de 2010, il restera dans l’histoire celui par qui le Brexit est arrivé, alors qu’il y était opposé. En déclenchant le référendum de 2016, il espérait calmer la frange eurosceptique de son parti conservateur et contrer la montée du mouvement europhobe et anti-immigrés Ukip, alors emmené par Nigel Farage. Après avoir fait campagne pour le maintien – avec moins d’entrain que le camp des Brexiters – il n’a d’autre choix que de démissionner le lendemain du référendum où le Royaume-Uni a voté à 52% pour le retrait de l’Union européenne. Désormais retiré de la vie politique, il a assumé sa décision mais exprimé ses regrets, tout en refusant d’endosser la responsabilité de “tout ce qui a suivi”.

– Nigel Farage

Controversé et gouailleur, cet ancien trader de 55 ans fait figure d’infatigable apôtre du Brexit. Adepte des coups médiatiques, il quitte la tête de l’Ukip, qu’il a co-fondé, quelques jours après le référendum. L’impasse politique qui suit le pousse à revenir au front et à prendre en avril 2019 la tête du Parti du Brexit, qui arrivera en tête des élections européennes deux mois plus tard. Elu sans discontinuité député d’une Union européenne qu’il aura sans relâche dénigrée, il n’est jamais parvenu à se faire élire à Westminster.

– Theresa May

Eurosceptique mais néanmoins favorable au “Remain”, elle prend la tête du gouvernement conservateur après le départ de Cameron. Cette austère fille de pasteur se verra reprocher d’avoir déclenché trop tôt le processus de sortie de l’UE, le 29 mars 2017, censé aboutir deux ans plus tard. Pensant asseoir son autorité avant les négociations avec Bruxelles, en provoquant de nouvelles élections, elle perd son pari et doit s’allier avec le petit parti ultra-conservateur nord-irlandais DUP.

L’accord de divorce qu’elle négocie avec les 27 est rejeté à trois reprises. La dernière lui sera fatale: elle annonce sa démission le 24 mai 2019, au lendemain des élections européennes qu’elle a été contrainte de convoquer.

– Boris Johnson

Avec son bus flanqué de promesses pour le système de santé fondées sur des chiffres hasardeux, qui lui vaudront des poursuites pour mensonge – finalement rejetées – , l’ancien maire de Londres a mis toute son énergie dans la campagne pour que le Royaume-Uni quitte l’Union européenne. Arrivé fin juillet à Downing Street, “BoJo”, 55 ans, chevelure blonde en pétard, ne parvient pas à tenir sa promesse de réaliser le Brexit au 31 octobre. Mais la très large majorité qu’il décroche lors des élections de décembre, lui permettra d’entrer dans l’histoire en faisant du Royaume-Uni le premier pays à quitter l’Union européenne.

Le chantier qui l’attend est gigantesque: conclure en un temps record un accord avec l’UE d’ici à l’issue de la période de transition à la fin de l’année et négocier avec les Etats-Unis l’accord mirobolant que lui a fait miroiter Donald Trump.

– Michel Barnier

Négociateur des 27 avant le Brexit, il sera aussi celui de l’après. Défenseur acharné des intérêts du club européen, ce Savoyard de 69 ans a su maintenir l’unité des 27 dans les discussions avec Londres, notamment sur l’épineuse question de la frontière nord-irlandaise.

Cet ancien ministre dans plusieurs gouvernements français de droite dans les années 1990 et 2000 (Affaires européennes, Environnement, Agriculture etc) puis commissaire européen défendra les 27 dans les négociations qui s’annoncent avec Londres.

© 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP.