Accueil Pure Cinema Brigitte Bardot coupée de tout contact avec ses ex, Jean-Louis Trintignant et...

Brigitte Bardot coupée de tout contact avec ses ex, Jean-Louis Trintignant et Sami Frey : elle explique

0
26

Naturellement, c’est accompagnée d’un de ses dix-sept chiens que ses petites-filles qu’elle ne voit jamais, son combat en faveur de la cause animale…

BB a également été interrogée sur deux de ses ex-compagnons célèbres : Jean-Louis Trintignant (91 ans) et Sami Frey (84 ans). A la question de savoir si elle a toujours de leurs nouvelles, elle répond sans détour : “Rien. Ni de l’un ni de l’autre. Mais je ne peux pas être amie avec les hommes que j’ai énormément aimés. Jean Louis et Sami ont été, je crois, les plus grands amours de ma vie, les plus importants, les plus profonds, les plus irremplaçables, confie alors Brigitte Bardot. Conserver de l’amitié après avoir connu la passion, ce serait une aumône qui ne me correspondrait pas. Je suis trop entière. Donc je préfère ne rien avoir du tout.”

Avant ces deux grands amours, la vie sentimentale de Brigitte Bardot avait commencé en 1952, lorsqu’elle a épousé le réalisateur Roger Vadim. Elle n’avait alors que 18 ans et n’attendait qu’une chose : “Foutre le camp de chez ses parents“, se souvient-elle, 70 ans plus tard. “Ce mariage, pour moi, c’était la liberté.” Alors qu’elle était une jeune mariée, l’actrice a rencontré Jean-Louis Trintignant en 1956, sur le tournage du film Et Dieu… créa la femme. S’en sont suivis un second mariage avec Jacques Charrier, le père de son fils unique Nicolas (entre 1959 et 1963) et une romance extra-conjugale avec Sami Frey, puis un troisième mariage avec le riche homme d’affaires Gunter Sachs (entre 1966 et 1969).

Depuis 1992, elle est mariée à l’industriel Bernard d’Ormale, notamment connu pour avoir été le conseiller politique de Jean-Marie Le Pen. Ils vivent ensemble à Saint-Tropez, quelque peu reclus, mais entouré d’une cinquantaine d’animaux. “Je suis incapable de vivre seule, explique Brigitte Bardot. C’est paradoxal par rapport à mon besoin de liberté, mais c’est comme ça.”