Britney Spears : Retournement de situation concernant sa tutelle, son père Jamie exclu !

0
32

Jamie Spears devra passer les commandes à un expert-comptable dans les meilleurs délais, a ajouté la juge Penny, soulignant que sa décision n’était pas susceptible d’appel. La juge a fixé au 12 novembre une “courte audience” destinée à entériner formellement la fin de la tutelle. Une seconde est prévue le 13 décembre pour examiner des questions financières et d’autres détails.

La mise sous tutelle doit cesser rapidement“, écrivait Mathew Rosengart, avocat de Britney Spears, dans une requête déposée cette semaine qui demandait une nouvelle fois la suspension de Jamie Spears. “Chaque jour qui passe avec lui en tant que tuteur, est un jour où il cause à sa fille de l’angoisse et de la douleur“, poursuivait-il.

L’avocat de Britney est reparti à la charge mercredi en qualifiant Jamie Spears d'”homme cruel, toxique et abusif“. A l’appui de ses dires, un documentaire dévoilé la semaine dernière par le New York Times (“Controlling Britney Spears”) accuse Jamie Spears d’avoir fait secrètement installer des caméras de surveillance dans la chambre de sa fille et d’avoir enregistré ses conversations privées. Son père a démenti avoir exercé une quelconque surveillance illégale sur sa fille.

Un autre documentaire, “Britney vs Spears”, produit par Netflix, affirme quant à lui que la chanteuse de 39 ans a par deux fois tenté de louer les services de son propre avocat au début de la mesure de tutelle, ce qui lui a été refusé. Ce n’est qu’en juillet dernier qu’elle a pu engager un conseil. Le mois dernier, Jamie Spears lui-même a semblé enfin céder à la pression : il a demandé à la justice de mettre fin à la mesure de tutelle, prenant acte du fait que la chanteuse “croit qu’elle peut gérer sa propre vie” désormais.

Britney Spears s’est publiquement opposée à cette mise sous tutelle lors de témoignages face à la justice ou dans des publications sur les réseaux sociaux. Elle avait notamment affirmé n’avoir pas pu se faire retirer son stérilet alors qu’elle souhaitait avoir d’autres enfants, et être obligée de prendre des médicaments qui la font se sentir “ivre”. La star s’était aussi plainte de devoir continuer à travailler malgré cette mesure de tutelle et de “payer pour tout le monde autour d’elle” sans pouvoir prendre ses propres décisions. Elle devait notamment payer les honoraires très élevés des avocats de son père qui s’opposaient à elle dans cette procédure.

Le mouvement Free Britney semble donc avoir porté ses fruits. D’ici la fin de l’année, elle pourrait être à nouveau libre de vivre sa vie comme elle l’entend. Enfin !