Connectex avec nous

Brûlures à la vapeur : attention à ne pas les sous-estimer

Pure Santé

Brûlures à la vapeur : attention à ne pas les sous-estimer

Même si elles semblent inoffensives en surface, les brûlures à la vapeur doivent être refroidies avec insistance. Des chercheurs Suisses ont montré pour la première fois les effets de ce type de brûlure dans les couches profondes de la peau.

Lors de l’ouverture du four ou d’une cocotte brûlante, un nuage de vapeur s’échappe. Alors qu’aucune trace de brûlure ne s’observe sur la peau, cette vapeur très chaude à pourtant pu causer une importante brûlure dans les couches inférieures de l’épiderme. Jusqu’à récemment, nous ne connaissions pas les mécanismes pouvant expliquer cette réaction. Mais des chercheurs du département Biomimetic Membranes and Textiles de l’Empa (Suisse), se sont penchés sur la question et comparé les effets d’une brûlure à la vapeur par rapport à une brûlure dite ” sèche “. Les résultats de leurs études sont parus dans la revue Scientific Report.

La vapeur pénètre en profondeur dans la peau

Les chercheurs ont travaillé sur des modèles de peau de porc, très similaires à la peau humaine. Ils ont observé que la vapeur d’eau pénétrait à travers les pores de la peau, jusqu’au derme, la couche la plus profonde. Cela s’explique par le fait que les pores sont plus larges que les molécules d’eau. La vapeur se condense alors dans le derme, libérant directement son énergie thermique et provoquant des brûlures au second degré. Le problème est, qu’une fois que la peau a absorbé toute la chaleur, elle la relibère très lentement, ce qui peut encore plus endommager les tissus. Les auteurs conseillent donc de refroidir la peau touchée pendant plus de deux minutes.

Plus dans Pure Santé

Haut