C1: Lyon touché mais pas coulé

0
53

Logiquement battu à Saint-Pétersbourg (2-0) mercredi soir, Lyon a gâché mercredi une belle occasion de se qualifier pour les 8es de finale de la Ligue des champions, mais reste maître de son destin, aidé par le match nul du Benfica à Leipzig (2-2).

La performance des Portugais, derniers de la poule, chez le leader dans la soirée, offre aux Lyonnais une dernière chance de prolonger leur aventure européenne, face au club allemand, déjà qualifié, le 10 décembre à domicile.

Un succès lors de cette “finale” permettra à l’équipe de Rudi Garcia de valider son billet. Un match nul pourrait également être suffisant, en cas de victoire lisboète contre le Zenit lors de la 6e et dernière journée.

“Rien n’est terminé, il va rester un dernier match”, a soufflé Rudi Garcia, avant même la rencontre du Benfica à Leipzig, reconnaissant être supporter des Portugais pour ce match.

Avec quatre victoires sur les cinq derniers matches, l’OL semblait plutôt avoir été remis sur le droit chemin depuis l’arrivée de Garcia, mais ses choix tactiques, sans de nombreux cadres dont Martin Terrier et Thiago Mendes, qui ont déclaré forfait à la dernière minute, n’ont pas été payants.

L’entraîneur lyonnais avait choisi d’étonner en alignant notamment le défenseur belge Jason Denayer comme milieu relayeur, aux côté de Lucas Tousart. Il avait aussi décidé de remettre en selle les défenseurs brésiliens Marçal et Marcelo, ce dernier connaissant sa première titularisation depuis plus d’un mois.

Le début de match aurait pu lui donner raison: solide, l’OL s’est créé des occasions et Jeff Reine-Adelaïde a été proche de profiter d’un cafouillage devant les cages russes pour devancer Kerzhakov et ouvrir la marque (23e). L’unique occasion dangereuse des Lyonnais dans la partie.

“On a trouvé une équipe russe comme on la connaissait, solide derrière et qui joue aussi sur les coups de pied arrêtés et les attaques rapides”, a souligné Garcia.

– Cherki entre –

Se mettant à reculer, incapable de museler Serdar Azmoun qui a même touché le poteau (35e), la défense lyonnaise a concédé des corners. Sur l’un d’eux, Douglas Santos a trouvé le géant Artem Dzyuba qui, au duel avec Marcelo, a pris facilement le meilleur sur le Brésilien pour tromper Lopes d’une tête au ras du poteau (42e).

“Quand arrivent les cinq dernières minutes de la première période, on ne peut pas concéder de but à cet endroit-là”, a pesté l’entraîneur lyonnais.

Au retour des vestiaires, les Lyonnais ont semblé plus volontaires. Tousart d’une frappe non cadrée (47e), Dubois d’un autre tir cette fois trop mou (51e), Traoré et Cornet par des incursions dans la surface russe, ont tenté d’apporter le danger.

Mais si les Lyonnais ont amélioré leurs statistiques, tirant plus au but que leurs adversaires, aucune de leurs tentatives n’ont mis réellement en danger Mikhail Kerzhakov, l’habituel numéro deux dans les cages russes qui n’a finalement eu que peu de travail.

Témoignage de l’hécatombe lyonnaise, Rudi Garcia a été contraint de faire rentrer en fin de match deux jeunes étrennant leurs premières minutes professionnelles sous le maillot lyonnais: Amine Gouiri (19 ans) et surtout Ryan Cherki (16 ans).

En face, le second but russe a été une oeuvre collective des remplaçants, Erokhin centrant pour le vétéran Zhirkov qui, d’une déviation remettait pour Ozdoev dont le tir était contré par Marcelo (84e).

Le Zenit Saint-Pétersbourg, largement en tête de son Championnat, peut rêver d’une nouvelle qualification pour les 8es de finale, ce qu’ils n’ont plus réussi depuis quatre ans.

© 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP.