Connect with us

Cabrel, Sirkis, Radio Elvis… Ces artistes qui ne veulent pas chanter au Bataclan

Dépêche

Cabrel, Sirkis, Radio Elvis… Ces artistes qui ne veulent pas chanter au Bataclan

Trois ans après les attentats de Paris, qui ont notamment fait 90 morts au Bataclan, la salle espère retrouver sa normalité. Ce qui n’est pas une tâche facile.

Le Bataclan pourra-t-il redevenir une salle de concert comme les autres? Trois ans après les attentats de Paris, qui ont fait 90 morts dans ses murs, le Bataclan espère toujours retrouver sa normalité, tout en sachant qu’il est aussi un lieu de mémoire.

Et si le groupe Lagardère, qui possède désormais toutes les parts de la salle parisienne, espère lui redonner son pouvoir d’attraction, pour certains, il sera difficile de revenir boulevard Voltaire. La tâche n’est pas aisée, car la salle peine depuis deux ans à remplir sa grille de programmation.

“Un peu plus de 70 concerts ont été programmés en 2018. C’est encore faible”, convient Jérôme Langlet, président de la branche Lagardère Live Entertainment. 

Beaucoup d’artistes hésitent encore à se produire au Bataclan, quand certains autres s’y refusent catégoriquement, tels Francis Cabrel qui s’y sent “incapable”, Nicola Sirkis, le leader d’Indochine, qui estime que ça doit rester “un lieu de respect et de mémoire, un sanctuaire ou un monument”, ou encore Pierre Guénard du groupe Radio Elvis, qui ne pourrait “pas chanter là où des gens ont été mis en joue sur scène”. 

Le Bataclan tourne une nouvelle page

C’est en toute discrétion, fin juillet, que Jules Frutos et Olivier Poubelle ont mis fin à leur histoire longue de 14 ans avec la mythique salle parisienne, en cédant leurs parts au groupe Lagardère, qui en possédait déjà 70%.
    
Les deux anciens codirecteurs “ont revendu les 30% de parts restantes” et ont quitté la société d’exploitation du Bataclan, selon Jérôme Langlet, président de la branche Lagardère Live Entertainment. Ce dernier vient de nommer à sa direction Florence Jeux, qui occupait ces fonctions au festival des Francofolies de La Rochelle.

Pour Jules Frutos et Olivier Poubelle, l’objectif est simple: redonner au Bataclan son pouvoir d’attraction qui le faisait rivaliser, avant les attentats, avec des salles concurrentes comme la Cigale, le Trianon, ou même l’Olympia.

Continue Reading
You may also like...
Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

More in Dépêche

To Top