Caroline Margeridon cambriolée : cette habitude qui lui a permis d’avoir 500 000 euros de marchandises

0
7

Caroline Margeridon est encore très marquée par son cambriolage. Le 12 février dernier, alors qu’elle était partie pour une journée ” faire ses boutiques” – ce qui veut dire préparer les vitrines de ses magasins aux Puces – des malfaiteurs en ont profité pour cambrioler le domicile de l’acheteuse d’Affaire conclue, dans le XVIIe arrondissement de la capitale. Ces derniers sont loin d’être repartis bredouilles puisqu’ils ont réussi à mettre la main sur des bijoux, montres, maroquinerie et argent liquide. Le tout a été estimé à une valeurs de 500 000 euros ! Une somme colossale qui a interpellé Evelyne Thomas.

L’animatrice lui a fait remarquer, lors de son tête à tête avec Caroline Margeridon sur Non Stop People, qu’il y avait “du lourd” chez elle. Et pour la maman de Victoire et Alexandre de s’expliquer sur cet énorme butin : “Quand on est broc’ dans l’âme, ce qui est vraiment mon cas, l’argent c’est fait pour être dépensé et si la moitié de la Terre était comme moi, tout le monde irait bien. Donc moi, quand j’achète, j’investis et je ne sais pas faire d’économie. C’est-à-dire que si vous regardez mon compte en banque, même moi je pleure ! Dès que j’ai 10 euros, je vais investir 10 euros et il y a une chose dans le métier qui se vend très bien ce sont les bijoux et les sacs à main !

Caroline Margeridon l’a d’ailleurs toujours bien compris. “Depuis que j’ai 15 ans, dès que je gagne un peu de sous, plutôt que de les mettre à la banque, moi je vais plutôt acheter ou un sac ou un bijou. Et d’abord j’en profite et puis, parfois quand on a besoin de sous, et ben ça se revend assez vite. Mais depuis que j’ai 15 ans, j’en avais un peu beaucoup“, a-t-elle reconnu. Ainsi, les voleurs “se sont régalés” a ironisé Evelyne Thomas en tombant sur tous ses trésors.

Plus de deux mois après les faits, la BRB (Brigade de répression du banditisme, ndlr) n’a toujours pas retrouvé les responsables. Mais Caroline Margeridon ne désespère pas.