“Cela a été douloureux” : Sabrina Ouazani revient sur la pire décision prise pour sa carrière

0
84

l’homme dont elle partage la vie. Pour en arriver là, des choix se sont imposés à elle. Comme celui de quitter La Courneuve, l’endroit où elle a grandi et où elle a tous ses souvenirs et ses proches. Pour Paris Match, l’actrice est revenue sur cette décision, toujours difficile à digérer : “J’ai déménagé. Cela a été douloureux. Je vis à Paris depuis trois ans mais je retourne à La Courneuve au moins deux fois par semaine pour voir mes parents et mes amis, explique-t-elle. Paris, c’est plus facile pour gérer mes rendez-vous.”

Habiter Paris, côtoyer le show business et les grands de ce monde qu’elle n’aurait jamais pensé croiser un jour ne lui ont pas fait perdre la tête : “Ma cité me manque car c’est ma bulle. J’aime la simplicité des gens, l’entraide, la gentillesse.” Elle s’est d’ailleurs fait une promesse. Celle de ne jamais oublier ses racines : “Je me souviens de mon premier festival de Cannes. C’était en 2010 pour Des hommes et des Dieux, de Xavier Beauvois. De retour à La Courneuve, les gars de la cité m’ont balancé en rigolant : ‘Là, tu ne vas pas monter les marches de Cannes mais celles de ta tour Balzac !’ Non, je n’oublierai jamais d’où je viens, je ne me trahirai jamais pour ce métier“.

Ce métier justement ne lui a pas apporté que du succès. En 2015, six ans après la mort de Yasmine Belmadi, son ancien compagnon, Sabrina Ouazani fait la connaissance de Franck Gastambide sur le tournage de Pattaya. Un temps tenue secrète, la romance entre les deux acteurs finit par être exposée au grand jour par Thierry Ardisson dans Salut les terriens ! : “Ce n’était pas malveillant et puis quand on va dans ce style d’émission, on sait qu’on va aborder le sujet de la vie privée. Je ne nie pas mon histoire d’amour, mais ça nous appartient. Par exemple, poster des photos où on se tient la main et où on se bécote, ce n’est pas notre truc. Moi, j’ai grandi dans des valeurs de pudeur“. Pudeur qui la caractérise toujours aujourd’hui.