Cernés, abandonnés par leurs chefs, des soldats afghans racontent leur fuite au Tadjikistan

0
14
placeholder

Cernés, isolés, abandonnés par leurs chefs, des soldats afghans défendant Shir Khan Bandar, principal poste-frontière avec le Tadjikistan, ont raconté à l’AFP n’avoir eu d’autre choix fin juin, que de fuir avec un millier de leurs camarades en territoire tadjik, en portant les blessés.

“Nous étions assiégés à Shir Khan Badar depuis une semaine, notre voie de ravitaillement était coupée”, explique, de retour à Kaboul, Mehrullah, 27 ans – qui comme de nombreux Afghans ne porte qu’un seul nom.

Il décrit une situation chaotique, marquée par l’absence de communication avec la hiérarchie militaire à Kaboul et la désorganisation entre les unités du bataillon d’un millier d’hommes chargés de protéger la frontière près de la ville septentrionale de Kunduz.

Certains officiers ont quitté leur poste, abandonnant leurs hommes à leur sort.

“S’il y avait eu une coordination correcte entre le QG (de l’armée à Kaboul, ndlr) et le commandement des forces du poste-frontière, nous aurions affronté les talibans au lieu de battre en retraite”, assure-t-il, “nous n’avons pas abandonné le poste-frontière, mais les chefs se sont enfuis, avant les soldats”.

Ces deux derniers mois, les talibans ont conquis de vaste portions du territoire afghan, au cours d’une offensive tous azimuts lancée en mai à la faveur du début du retrait des forces américaines et de l’Otan du pays, désormais quasiment achevé et marquant la fin de quasiment 20 ans d’intervention militaire déclenchée par les attentats du 11-Septembre.

Les insurgés ont affirmé vendredi contrôler désormais 85% du territoire afghan, un chiffre contesté par le gouvernement et impossible à vérifier de façon indépendante.

Privées du crucial soutien aérien américain et démoralisées, les forces afghanes ne cessent de reculer et peinent à contenir l’avancée des talibans, pendant que les négociations politiques entre le gouvernement et les insurgés sont au point mort.

– Prêts à repartir au combat –

“Après nous avoir assiégés et avoir lancé un assaut massif, les talibans ont coupé toutes les routes vers Kunduz”, la capitale de la province du même nom, raconte de son côté un autre soldat, Ainuddin, 35 ans.

“Nous avons été obligés de reculer vers le pont” enjambant la rivière Piandj (ou Panj), frontière entre les deux pays, “et après une heure de combat, nous sommes entrés au Tadjikistan”, en portant trois soldats blessés, ajoute-t-il.

placeholder

“Des soldats tadjiks nous ont apporté de l’eau et ont soigné nos blessés”, les autorités tadjikes “ont fait tout ce qu’elles pouvaient pour nous”, poursuit Ainuddin.

Le gouvernement de Douchanbé, qui craint qu’un éventuel pouvoir des talibans, partisans d’un régime islamique rigoriste, en Afghanistan ne radicalise sa population musulmane modérée, avait alors indiqué que “1.037 soldats” afghans avaient fui en territoire tadjik “pour sauver leur vie”.

Les autorités afghanes minimisent les difficultés récurrentes de leur armée. Elles admettent seulement que les lignes d’approvisionnement sont sous pression et avoir abandonné du terrain aux talibans, mais affirment n’avoir perdu que des batailles et non la guerre.

“C’est la guerre, il y a de la pression. Parfois, les choses tournent en votre faveur. Parfois, non”, a expliqué début juillet à la presse le conseiller pour la Sécurité nationale d’Afghanistan Hamdullah Mohib, promettant que l’armée allait reprendre les territoires perdus.

Mais samedi 10 juillet, Shir Khan Bandar étaient toujours aux mains des talibans, qui se sont également emparés la veille d’un autre point de passage avec le Tadjikistan et du principal poste-frontière avec l’Iran, tous deux dans la province occidentale d’Hérat.

“Après deux jours au Tadjikistan, nous avons été ramenés par avion à Kaboul”, raconte Ainuddin.

Mehrullah, lui et ses camarades sont désormais dans une base militaire de la capitale afghane, dit-il, assurant que tous sont prêts à retourner sur le champ de bataille.

“Nous sommes prêts à regagner nos affectations, dès que le souhaite le gouvernement”, affirme Ainuddin.