Chantal Ladesou en désaccord avec son mari : “Je veux déménager”

0
254

On dit que derrière chaque grand homme se cache une femme. L’inverse serait tout aussi juste. Chantal Ladesou, qui cumule un demi-siècle de carrière, peut compter sur son époux Michel Ansault. Lui, son manager, la soutient au quotidien, sur les plateaux de tournage, en coulisses de ses spectacles. Il y a une décision, en revanche, sur laquelle ils ne sont pas unanimes : leur cadre de vie. “Je veux déménager, mais Michel est comme les chats, explique la résidente des Hauts-de-Seine à Libération. Il ne sent pas mauvais, mais c’est un garçon qui marque son territoire et reste très attaché à ses lieux.

À lire aussi

Chantal Ladesou a épousé Michel Ansault il y a quarante-six ans. Leur rencontre, fruit du hasard, s’est produite, comme pour beaucoup de couples, au travail. À l’époque, la comédienne loufoque n’enchaînait pas les comédies drolatiques mais les petits boulots pour financer le cours Simon… Elle avait alors accepté un job d’hôtesse itinérante pour une grosse boîte américaine qui fabriquait des imprimantes. Le futur homme de sa vie y travaillait également en tant que commercial. De leur rencontre sont nés un mariage durable, une confiance à toute épreuve et trois enfants : deux garçons, Alix – mort dans un accident de voiture à l’âge de 21 ans – et Julien, puis une fille, l’actrice Clémence Ansault. Ils sont également deux fois grands-parents.

Retour sur scène

On l’a vue à l’écran, dernièrement, dans C’est quoi cette mamie ?! de Gabriel Julien-Laferrière ou Nicky Larson et le Parfum de Cupidon de Philippe Lacheau. À 71 ans, Chantal Ladesou se lance un nouveau défi, celui d’arpenter les planches du Palais des sports pour la toute première fois du 17 au 19 janvier 2020. Dans son nouveau one-woman show – le quatrième de sa carrière – intitulé On the Road Again, elle dévoile des anecdotes, plus ou moins gênantes, notamment sur sa vie conjugale. Et derrière le rideau, fidèle au poste, Michel Ansault continue de se fendre la poire…

Retrouvez le portrait de Chantal Ladesou dans le journal Libération du 10 janvier 2020.