Charlotte Gainsbourg “en dépression” à son retour en France : Jane Birkin à la rescousse

0
10

Interviewée par Version Femina, Jane Birkin, la comédienne a éprouvé un profond mal-être et une grande tristesse qui auraient pu l’empêcher de mener à bien ce projet familial et intime.

Dans les pages du magazine et son édition du 22 novembre 2021, l’interprète, comédienne et réalisatrice explique que sa mère n’était pas du tout à l’aise lors des premières prises. “Nous avons filmé à New York pour adoucir le climat, mais c’est en rentrant à Paris, au moment du Covid-19, que tout a démarré. Je suis entrée en dépression mais j’avais prévu de filmer. Je m’y suis tenue et ma mère m’a beaucoup aidée.” Heureusement, Jane Birkin a tout fait pour remettre sa fille d’aplomb et lui remonter le moral en cette période morose.

Elle a toujours su y faire quand nous allions mal. Elle s’est offerte totalement pour le film. Il y avait non seulement le souvenir de Kate, qui était la vraie photographe, mais je souhaitais aussi la montrer de très près”, confie la maman de Joe, Ben et Alice (fruits de sa relation avecYvan Attal). Un tournage riche en émotions pour l’actrice et sa maman, qui ont ressassé de nombreux souvenirs familiaux, y compris le deuil de Kate Barry, la fille de Jane Birkin décédée en 2013 après être tombée du quatrième étage de son appartement parisien). Un drame à la suite duquel Charlotte Gainsbourg était partie s’installer à New York.

Je la voyais, étant si mal

Interviewée par Le Parisien en juillet 2021, mère et fille avaient déjà raconté la dépression vécue par Charlotte lors de son retour en France en 2020. “J’ai été dans une détresse, expliquait-elle avant de s’adresser à sa maman. Enfin je n’allais pas très bien à mon retour, et là, c’est toi qui m’as aidée et soutenue.” Bienveillante, l’ex de Serge Gainsbourg confiait : “Ce sont les moments où tu as une vraie utilité, un mot affreux pour une mère, mais tu peux montrer que tu es là. Je la voyais, étant si mal, et j’ai cherché des solutions pour l’apaiser dans ce retour à Paris.

À côté de ce projet cinématographie, et du film Les Choses humaines (qu’elle partage avec Yvan Attal et leur fils aîné Ben, au cinéma le 1er décembre), la fille de Serge Gainsbourg continue de préparer la transformation de l’hôtel particulier de son papa, situé au 5 rue de Verneuil, en musée. Un rêve qui deviendra réalité “en 2022“.