Charlotte Namura sans maquillage : larmes, déprime… son combat pour s’accepter

0
88

Charlotte Namura a lancé un gros sujet sur son compte Instagram ce dimanche 14 juin 2020. Alors qu’on l’imaginait pleine de confiance en soi et à l’aise avec elle-même, la journaliste sportive cache pourtant de nombreux complexes, et elle a décidé d’en faire part à sa communauté. En effet, la jolie jeune femme de 33 ans s’est dévoilée sous un nouveau jour : complètement au naturel. À travers deux images, Charlotte Namura expose ainsi pour la première fois son acné, une situation qui a longtemps été une ombre au tableau comme elle l’explique à travers un long message.

À lire aussi

NE PAS TRICHER. Combien de temps ? Combien de temps ai-je passé à pouvoir franchir ce cap ? Accepter son reflet, son visage, ses traits, ses imperfections et son image. J’ai souvent été très dure avec moi-même. Très jeune, je rêvais de refaire mon nez, je trouvais mes yeux trop foncés et je détestais ma peau. Parfois, c’est encore difficile. Ça l’a énormément été lorsque j’ai eu le droit à de l’acné tardive à 27 ans. Quel enfer… toute cette confiance en soi littéralement laminée au sol. C’est arrivé lors de ma première année à l’antenne. J’ai beaucoup beaucoup pleuré, même déprimé…“, écrit-il en toute transparence.

L’épouse de Jean-Luc Guizonne retrace ensuite son parcours du combattant, les allers-retours incessants chez le dermatologue afin de mettre un terme à son mal-être. Ses efforts ont payé puisque, aujourd’hui, il ne lui reste que “quelques taches, quelques ridules“. Si elle reconnaît toutefois que “tout n’est pas parfait“, Charlotte Namura est désormais sereine avec son image. Ce qui ne l’empêche pas d’utiliser des filtres de temps à autre, tendance initiée sur les réseaux sociaux depuis plusieurs années. Mais, force est de constater que la belle brune espère redonner confiance à ses abonnés. “J’estime que mon rôle doit être celui de vous dire que, sans maquillage et sans filtre, vous êtes unique. (…) Ne laissez personne vous juger sur votre apparence. (…) C’est une très bonne cure pour apprendre à s’en foutre“, conclut-elle. Un discours dans lequel de nombreuses femmes se sont reconnues, elles n’ont d’ailleurs pas manqué de saluer sa prise de parole.