Corée du Nord: tir de missiles de croisière présumés, selon Séoul

0
90

La Corée du Nord a tiré mardi plusieurs missiles de croisière présumés en direction de la mer du Japon ou mer de l’Est, a indiqué l’armée sud-coréenne à la veille d’élections législatives en Corée du Sud.

“Plusieurs projectiles” qui seraient “des missiles de croisière à courte portée” ont été tirés depuis la ville de Munchon, dans l’Est du pays, a déclaré l’état-major de l’armée sud-coréenne dans un communiqué.

Ces essais interviennent à la veille du 108e anniversaire du fondateur du régime, Kim Il Sung, le grand-père de l’actuel dirigeant Kim Jong Un, ainsi que d’élections législatives en Corée du Sud.

Ils ont été effectués alors que l’attention de la communauté internationale se focalise sur la lutte contre la pandémie de nouveau coronavirus. Pyongyang affirme être exempt de tout cas de Covid-19.

Ces dernières années, la Corée du Nord, pays doté de la bombe atomique, a procédé à de nombreux tirs de missiles balistiques, des engins propulsés très haut dans les airs et qui retombent à une vitesse très rapide vers leur cible en raison de la gravité.

Le pays possède également des ICBM (missile balistique intercontinental) capables d’atteindre l’intégralité du territoire continental des Etats-Unis.

Pour leur part, les missiles de croisière demeurent à basse altitude, parfois à quelques mètres seulement de la surface, ce qui les rend plus difficiles à détecter. Ils nécessitent des systèmes de guidage très sophistiqués afin d’atteindre leur cible.

– Des tirs analysés –

Les missiles tirés mardi ont été lancés en direction de la mer du Japon, ou mer de l’Est selon l’appellation coréenne, avant de s’abîmer en mer, a indiqué l’état-major interarmes sud-coréen.

“La Corée du Sud et les services de renseignement américains analysent de près les questions relatives” à ces tirs, a-t-il précisé.

Pyongyang est sous le coup de multiples sanctions du Conseil de sécurité des Nations unies pour l’obliger à renoncer à ses programmes nucléaire et balistique interdits.

Les essais de missiles de croisière ne violent pas les résolutions de l’ONU qui concernent la technologie des missiles balistiques, soulignent les experts.

La Corée du Nord a procédé ces derniers mois à de nombreux tests d’engins qu’elle décrit comme des lanceurs de roquettes multiples de très gros calibre alors que d’autres les appellent des missiles balistiques.

Par le passé, elle a déjà tiré des missiles de croisière.

En juin 2017, Pyongyang s’était félicité d’avoir réussi l’essai d’un nouveau missile de croisière sol-mer destiné à frapper tout bâtiment “ennemi” qui menacerait la Corée du Nord.

Pyongyang avait alors affirmé que “les missiles de croisière lancés ont détecté avec exactitude des cibles flottantes en mer orientale de Corée”. Ce tir était intervenu alors que des manoeuvres navales auxquelles avaient participé deux porte-avions américains s’étaient déroulés dans cette zone la semaine précédente.

Ces engins avaient parcouru environ 200 kilomètres avant de s’abîmer en mer. Des experts avaient alors estimé qu’il s’agissait d’un progrès par rapport à un essai de 2015, lors duquel un missile sol-mer avait parcouru une centaine de kilomètres seulement.

En 2017, Kim Jong Un et le président américain Donald Trump avaient échangé des insultes et brandi des menaces d’apocalypse nucléaire, avant un rapprochement historique l’année suivante.

Ces discussions sont au point mort depuis le fiasco du deuxième sommet entre MM. Trump et Kim, en février 2019 à Hanoï, et ce en dépit d’une rencontre très symbolique entre les deux hommes en juin dans la Zone démilitarisée qui divise la péninsule.

© 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP.