Coronavirus: 12 malades évacués de Corse par navire militaire

0
77

Après des évacuations organisées par les airs, l’armée a de nouveau contribué dimanche à la lutte contre le nouveau coronavirus, avec le transfert entre Corse et continent de 12 malades grâce au porte-hélicoptères Tonnerre, un véritable “hôpital embarqué”.

Arrivé dans le port d’Ajaccio tôt dimanche matin, le Tonnerre devait repartir vers “Marseille dès que les 12 patients seront à bord”, dans l’après-midi, pour atteindre la cité phocéenne lundi matin, a précisé à l’AFP le capitaine de vaisseau Arnaud Tranchant, son commandant, à l’issue d’un point-presse.

Dimanche en milieu de journée, des ambulances effectuaient les rotations entre le centre hospitalier d’Ajaccio et le navire, dans lequel elles rentraient par une porte latérale.

Les malades, dont six étaient en réanimation et six uniquement sous oxygène, doivent être acheminés dans différents hôpitaux marseillais: la Timone, l’hôpital Nord, Saint-Joseph et l’hôpital Européen, selon l’Agence régionale de santé de Provence-Alpes-Côte-d’Azur (ARS).

“L’ARS va contacter toutes les familles pour les prévenir du lieu d’arrivée de leur proche”, a indiqué Marie-Hélène Lecenne, directrice de l’ARS de Corse, précisant que samedi, “un entretien entre chaque malade et son parent le plus proche a(vait) eu lieu”. Sur les 15 lits de réanimation actuellement disponibles à Ajaccio, 13 étaient occupés dimanche soit une “quasi-saturation”, a-t-elle également dit.

“C’est évidemment toujours difficile de les voir partir pour les familles mais c’était une réponse qui était absolument nécessaire”, a assuré le préfet de Corse Franck Robine, rappelant la “nécessité absolue” que les Corses “restent chez eux” et du “respect strict des gestes barrières”.

Quelque 200 marins de l’équipage du porte-hélicoptères amphibie, mais aussi des équipes mixtes de soignants civils et du service de santé des armées mènent cette évacuation très délicate.

“L’équipage du Tonnerre est parcouru par deux sentiments, à la fois une fierté bien légitime de venir porter assistance à ces populations et en même temps une humilité de rigueur compte tenu de la sensibilité de la crise et de l’impératif de préserver ces patients jusqu’à leur arrivée à Marseille”, a confié Arnaud Tranchant

– “Couteaux suisses” –

“Une fois à bord, les malades seront transférés dans les structures hospitalières du Tonnerre”, a précisé à l’AFP un porte-parole de la préfecture maritime de Toulon.

L’opération succède à deux missions “Morphée” de l’armée de l’air, qui ont permis d’évacuer par avion militaire des patients hospitalisés en Alsace vers des régions moins saturées.

La Corse, qui compte 340.000 habitants dont 94.000 sont âgés de 60 ans et plus selon l’Insee, dénombrait dimanche 173 cas confirmés de coronavirus, selon les autorités sanitaires. L’épidémie y a jusqu’à présent fait huit morts et “”une vague d’augmentation de cas de coronavirus” est attendue dans les jours à venir, avait indiqué vendredi à l’AFP le préfet.

“Les porte-hélicoptères amphibies sont les couteaux suisses de la Marine”, a tweeté la Marine nationale. Le Tonnerre est un “hôpital embarqué”, a souligné dans une vidéo diffusée par la Marine son commandant Arnaud Tranchant. L’armée a reconfiguré le bâtiment, “qui est en temps normal prévu pour la médecine de guerre”, en installant des lits de réanimation, a-t-il aussi précisé.

Le porte-hélicoptères, qui a notamment servi après le passage du cyclone Irma aux Antilles, a aussi été aménagé pour “séparer de manière totalement étanche la zone de l’hôpital, qui sera en vase clos, et le reste de l’équipage”, a ajouté le militaire.

© 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP.