Coronavirus en Corée du Sud: le bilan bondit à plus de 200, plus de la moitié liés a une secte

0
229

Le nombre de cas de la maladie Covid-19 a presque doublé vendredi, portant à plus de 200 le nombre de patients contaminés dans le pays, dont plus de la moitié sont liés à une secte chrétienne d’une métropole du sud du pays.

Si l’on exclut le foyer d’infection du paquebot Diamond Princess au Japon, la Corée du Sud est désormais le deuxième pays à compter le plus grand nombre de cas au niveau national après la Chine, d’où l’épidémie s’est partie.

Dans la seule journée de vendredi, 100 nouveaux cas ont été enregistrés, dont 85 ont un lien avec une secte chrétienne, “l’Eglise Shincheonji de Jésus” de la ville de Daegu, a déclaré dans un communiqué le Centre coréen de contrôle et de prévention des maladies.

Au total, plus de 120 fidèles ont été contaminés dans la quatrième métropole du pays.

Une femme de 61 ans, membre de cette secte chrétienne et qui ignorait avoir contracté la pneumonie virale, leur aurait transmis le virus, notamment en assistant à des offices religieux.

Le maire de Daegu, qui compte plus de 2,5 millions d’habitants, a invité la population à rester chez elle.

De son côté, le commandement de la garnison de l’armée américaine installée dans la ville – qui représente un total d’environ 10.000 personnes – a restreint ses accès.

– “C’est trop tard” –

Vendredi, les habitants de la ville portaient un masque tout en poursuivant leurs activités. De nombreux commerces étaient cependant fermés.

“Je n’ai pas eu un seul client cette semaine (…) je n’ai jamais vu ça”, a affirmé à l’AFP And Lee Yoo-jin, 73 ans, gérante depuis 20 ans d’un magasin de vêtements.

Des employés à moto vaporisaient vendredi un produit désinfectant à l’extérieur de l’église Shincheonji.

Non loin, un passant de 24 ans, Seo Dong-min, a fait part de son inquiétude: “Avec autant de cas confirmés ici, j’ai peur que Daegu devienne un second Wuhan”, en faisant référence à la ville du centre de la Chine où le premier cas du nouveau coronavirus a été enregistré et qui en est le berceau.

“Maintenant, c’est partout (…) c’est trop tard”, déplorait une passante, Mme Kim.

L’Eglise de Shincheonji est une secte qui affirme que son fondateur, Lee Man-hee, a endossé les habits de Jésus Christ et emmènera au paradis 144.000 personnes le jour du Jugement dernier.

Le Centre coréen de contrôle et de prévention des maladies a indiqué qu’un autre cas a été confirmé dans un hôpital du comté de Cheongdo, non loin de Daegu, portant à 16 le nombre de personnes – des patients et des membres du personnel – contaminées dans cet établissement.

– “Enquête approfondie” –

Un patient était décédé mercredi du nouveau coronavirus.

Cheongdo est le lieu de naissance de M. Lee, le fondateur de l’Eglise de Shincheonji. Les autorités de ce comté ont indiqué qu’il y a trois semaines les funérailles du frère de M. Lee se sont tenues durant trois jours dans une salle appartenant à cet hôpital.

Le président sud-coréen Moon Jae-in a demandé une “enquête approfondie” sur chacune des personnes ayant assisté à ces obsèques et aux offices religieux de Shincheonji.

“Si vous vous fiez simplement aux informations fournies par l’église, le processus peut être lent”, a-t-il déclaré, soulignant la nécessité “de mesures plus rapides”.

Le maire de Daegu, Kwon Young-jin, a expliqué que le gouvernement local a passé en revue 3.700 membres de l’Eglise Shincheonji et que sur ce nombre, 409 ont dit avoir des symptômes du nouveau coronavirus.

Le gouvernement sud-coréen a déclaré vendredi que Daegu et Cheongdo devenaient des “zones à gestion spéciale”.

La Premier ministre Chung Sye-kyun a indiqué que Séoul apporterait son soutien à la région touchée en envoyant notamment du personnel médical, des lits pour les malades et du matériel.

L’Eglise Shincheonji a fermé toutes ses structures en Corée du Sud.

© 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP.