Coronavirus: guerre de tranchées américano-chinoise à l’ONU

0
166

Les Etats-Unis et la Chine bloquaient jeudi au Conseil de sécurité de l’ONU un projet de résolution franco-tunisien réclamant une “coordination renforcée” face à la pandémie de coronavirus, laissant peu d’espoir à des diplomates d’un vote rapide.

“C’est un blocage majeur, personne ne bouge”, résume l’un de ces diplomates sous couvert d’anonymat. “On fait du sur-place”, confirme un autre diplomate.

En discussions depuis des semaines, le texte obtenu par l’AFP prévoit de soutenir un appel datant du 23 mars du secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, à un cessez-le-feu dans le monde pour faciliter la lutte contre la pandémie.

Il inclut aussi la requête d’une “pause humanitaire de 90 jours” pour acheminer dans les pays en conflit de l’aide aux populations les plus éprouvées.

La Chine “tient à une mention sur l’Organisation mondiale de la Santé” dans le texte alors que les Etats-Unis “n’en veulent pas”, ont expliqué plusieurs diplomates en demandant l’anonymat.

Interrogé, le Département d’Etat américain a indiqué qu’il n’avait pas pour habitude de “commenter des négociations en cours”. Aucune réaction n’a pu être obtenue auprès de la mission chinoise à l’ONU.

Les co-auteurs du texte, comme le reste du Conseil de sécurité, en sont réduits à attendre un compromis entre les deux membres permanents en cause, qui ont chacun un droit de veto.

Il n’y a eu “aucun progrès” sur ce sujet de l’OMS depuis le début de la semaine, ont ajouté d’autres diplomates.

– Paragraphe en blanc –

Alors qu’un vote, réclamé ardemment depuis plus d’un mois par Antonio Guterres, était attendu cette semaine, le blocage américao-chinois le rend de moins en moins probable à court terme.

“Attendons de voir si la semaine prochaine peut apporter quelque chose de nouveau”, soupire une source diplomatique. “Il n’y aura probablement pas de vote cette semaine”, prédit un autre diplomate.

Le blocage pourrait cependant disparaître très rapidement si Washington et Pékin trouvent un compromis, estime un ambassadeur occidental, en notant que l’OMS n’est qu’un sujet annexe de la résolution centrée sur un soutien à un cessez-le-feu dans une vingtaine de conflits dans le monde.

Alors que le projet de texte comporte un paragraphe en blanc dédié à l’OMS qui doit “être décidé à la fin de la négociation”, la Tunisie et la France pourraient aussi décider de le supprimer purement de la résolution. Au risque d’un possible veto de la Chine que pourrait soutenir la Russie.

“Et si on enlevait tout?”, se demandait ainsi mercredi un diplomate, alors que les autres membres du Conseil de sécurité ne cachent plus devant l’AFP leur impatience face à une discussion sans fin et peu habituelle à l’ONU pour un projet de résolution.

Après avoir félicité au début de l’année l’OMS, le président américain Donald Trump a depuis peu multiplié les critiques à son encontre, jugeant qu’elle manquait de transparence et qu’elle n’avait pas averti suffisamment tôt des risques mondiaux posés par la pandémie.

A l’exception d’une visioconférence le 9 avril, demandée par l’Allemagne et l’Estonie, le Conseil de sécurité est resté silencieux face à la crise la plus grave depuis la deuxième guerre mondiale.

A la différence du Conseil, l’Assemblée générale de l’ONU (193 membres), dont les textes ne sont pas contraignants, a déjà adopté deux résolutions sur la pandémie, l’une pour appeler à la coopération, l’autre pour réclamer un accès équitable de tous les pays à de futurs vaccins.

© 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP.