Coronavirus: la Maison Blanche et le Congrès peinent à s’accorder pour sauver l’économie

0
65

La Maison Blanche, les républicains et les démocrates du Congrès peinaient à s’entendre dimanche sur un gigantesque plan de relance économique pour les Etats-Unis, prévoyant aussi de débloquer 4.000 milliards de liquidités pour aider les entreprises à survivre aux ravages du nouveau coronavirus.

Signe des difficultés à parvenir à un consensus, le chef de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, a annoncé juste avant un premier vote de procédure sur le plan de relance, prévu dimanche, qu’il le repoussait de trois heures, jusqu’à 18H00 (22H00 GMT).

Hôpitaux de campagne montés en urgence par l’armée, mesures de quarantaine… La crise augmentait aux Etats-Unis à mesure que la pandémie progressait, avec plus de 100 décès en 24 heures, portant le bilan total à 390 morts dimanche et au moins 30.000 personnes infectées.

“Je ne peux pas être plus clair. Si le président n’agit pas, des personnes qui auraient pu vivre vont mourir”, a lancé dimanche le maire démocrate de New York Bill de Blasio, en réclamant des respirateurs pour les malades.

Donald Trump a riposté en critiquant sur Twitter “certains” gouverneurs et des médias qui “font retomber la responsabilité de leurs défaillances sur le gouvernement fédéral”.

Plus d’un tiers des Américains étaient sujets à un degré différent de confinement, notamment dans les trois plus grandes villes du pays: New-York, Los Angeles et Chicago.

Après déjà deux jours d’âpres tractations, le secrétaire américain au Trésor Steve Mnuchin négociait directement avec les chefs démocrates et républicains du Congrès américain pour parvenir à un plan d’aide économique qui pourrait atteindre 1.800 milliards de dollars.

Objectif: soutenir une économie mise, soudainement, pratiquement à l’arrêt par la pandémie de Covid-19.

Mais républicains et démocrates cherchaient toujours un accord dans l’après-midi.

“Les Américains ont besoin de résultats”, a lancé Mitch McConnell dans l’hémicycle, juste avant de reporter le vote de procédure sur le plan d’aide. Ils “n’ont pas besoin de nous voir marchander sans fin”.

Le vote final au Sénat sur ce plan d’aide était prévu lundi. Il devrait ensuite être approuvé par la Chambre des représentants, contrôlée par les démocrates, avant de pouvoir être promulgué par le président républicain.

La pandémie touchait aussi le Congrès. Un premier sénateur, le républicain Rand Paul, a été testé positif au coronavirus, a annoncé son équipe dimanche, après deux membres de la Chambre cette semaine.

– 4.000 milliards de dollars –

“J’espère que (le plan) sera adopté lundi parce que nous avons besoin de cet argent maintenant”, a déclaré Steve Mnuchin sur la chaîne Fox dimanche.

En parallèle, il a révélé qu’une autre composante majeure de l’énorme effort pour soutenir l’économie américaine serait “un ensemble de mesures prises avec la Banque centrale pour avoir jusqu’à 4.000 milliards de dollars en soutien à l’économie”, sous la forme de prêts aux entreprises.

4.000 milliards de dollars représentent environ un cinquième de la richesse annuelle produite par l’économie américaine.

Le Congrès américain prévoit aussi des aides aux entreprises dans son plan d’aide. Selon M. Mnuchin, la moitié des employés américains sont concernés par le texte en cours de négociations.

“Cela permettra aux petites entreprises de garder leurs employés et de s’assurer qu’elles seront prêtes à redémarrer quand l’économie rouvrira”, a déclaré le secrétaire au Trésor.

Le grand argentier a aussi précisé que, d’après les mesures négociées au Congrès, les ménages américains toucheront des aides directes, à hauteur de quelque 1.000 dollars par adulte et 500 par enfant.

Il a aussi indiqué qu’à tout cela devait s’ajouter plus d’une centaine de milliards de dollars pour les hôpitaux, qui risquent de rapidement se trouver débordés par l’épidémie.

Face à l’urgence sanitaire, les parlementaires sont déjà parvenus à s’accorder sur un vaste plan d’aide sociale de 100 milliards de dollars, promulgué par Donald Trump mercredi dernier.

Ils avaient dès début mars débloqué 8,3 milliards de dollars pour financer la lutte contre le coronavirus.

Un montant qui paraît aujourd’hui presque dérisoire face aux mesures désormais envisagées, signe de l’ampleur qu’a pris la pandémie aux Etats-Unis.

© 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP.