Course à la présidentielle: Anne Hidalgo se lance à son tour, pour “bâtir une France plus juste”

0
17
placeholder

Après un long tour de chauffe, la maire socialiste de Paris Anne Hidalgo s’est lancée à son tour dans la course à l’Elysée dimanche à Rouen, une candidature pour “bâtir une France plus juste” et “réinventer le beau modèle français”, qui s’ajoute aux nombreuses déjà recensées à gauche.

“Aujourd’hui, je suis prête, c’est pourquoi, avec cette force chaleureuse qui m’entoure, humblement, consciente de la gravité de cet instant et pour faire de nos espoirs la réalité de nos vies, j’ai décidé d’être candidate à la présidence de la République”, a lancé en fin de matinée devant ses soutiens Mme Hidalgo sur les docks de Rouen, dans la ville du jeune maire socialiste Nicolas Mayer-Rossignol, un proche.

Un site idéal pour illustrer la reconversion industrielle à travers la transition écologique, qui sera l’un des thèmes centraux de sa campagne. Rouen permet aussi de donner “une dimension nationale” à sa candidature, pour répondre au procès en parisianisme qui est fait à celle qui est à la tête de la capitale depuis 2014.

“Le quinquennat qui s’achève, devait unir les Français, il les a divisés comme jamais. Il devait régler des problèmes sociaux, il les a aggravés. Il devait protéger notre planète, il a tourné le dos à l’écologie”, a tancé la candidate socialiste dans une attaque contre le bilan d’Emmanuel Macron.

“Nous devons réinventer notre beau modèle français fragilisé par ces crises multiples”, sanitaires, climatiques, a déclaré la candidate, affirmant vouloir rétablir “le respect” et l’unité du pays.

placeholder

– Héritage de la gauche –

“Je veux avec vous tout faire pour réparer, pour retrouver le goût du dialogue et du débat, pour bâtir une France plus juste, plus forte, une France plus sûre”, a mis en avant la socialiste en se revendiquant héritière de “la gauche de Jaurès, de Blum et de Mendès France, de Mitterrand” qui “nous a transmis le goût de la liberté, la force de l’engagement et la volonté du rassemblement”.

Cette annonce n’est pas une surprise: elle intervient après plusieurs mois de déplacements, pour s’assurer d’avoir “les fondations, ces points d’accords pour être capable de parler au pays”.

Elle se télescope avec la rentrée politique d’une autre prétendante à l’Elysée, Marine le Pen, qui, une demi-heure après elle, a fait dimanche un discours aux journées d’été du RN à Fréjus. Toutes deux seront le soir les invitées des JT (TF1 pour Le Pen, France 2 pour Hidalgo).

placeholder

– “Avenir de tous nos enfants” –

“Je veux que tous les enfants de France aient la même chance que celle qui m’a été donnée”, a affirmé la maire de Paris qui a rappelé ses origines espagnoles et avoir choisi la nationalité française à 14 ans. “Je suis candidate pour offrir un avenir à nos enfants. A tous nos enfants”, a-t-elle insisté.

Elle a ajouté vouloir “commencer par mettre fin au mépris, à l’arrogance, au dédain, à la condescendance de ceux qui connaissent si mal nos vies mais décident loin de nous, de tout, tout le temps, sans nous”, décidée à se détacher de l’image parisianiste que lui collent ses opposants.

Une poignée d’entre eux, bloqués derrière des barrières à quelques centaines de mètres, se sont fait entendre pendant son discours en brandissant une pancarte “Paris aujourd’hui, demain la France. Stop au saccage”, en référence à la campagne à Paris dénonçant les travaux dans la capitale.

placeholder

Anne Hidalgo était entourée d’une partie de son équipe de campagne – des maires et des parlementaires de toute la France, à l’instar de Mathieu Klein, édile de Nancy, Stéphane Troussel, président de la Seine-Saint-Denis ou la présidente de la région Occitanie Carole Delga.

Créditée actuellement de 7 à 9% des voix selon les sondages, Anne Hidalgo rappelle qu’elle était également donnée perdante à Paris.

Sa déclaration intervient trois jours avant la sortie de son livre “Une femme française” (Editions de L’observatoire), où elle développe quelques-unes de ses priorités.

Outre “la transition écologique”, qui ne doit pas se faire “au détriment des classes moyennes et des catégories populaires”, elle veut s’attaquer “aux inégalités” et permettre à tous de “vivre mieux de son travail partout en France”.

Selon le sénateur PS Rémi Féraud, “c’est l’automne qui va déterminer quel candidat va porter une dynamique” face à la multiplication des prétendants à gauche, dont Jean-Luc Mélenchon, l’ex-socialiste Arnaud Montebourg, le communiste Fabien Roussel et le candidat issu de la primaire écologiste de fin septembre.