Covid-19 à Pékin: la Chine inspecte les aliments importés

0
71

La Chine a annoncé vendredi avoir lancé une campagne d’inspection des aliments importés, après la réapparition récente du nouveau coronavirus à Pékin, des experts ayant noté des similitudes avec des souches européennes du virus.

Les Pékinois avaient repris une vie quasiment normale après deux mois sans contamination. Et l’épidémie était presque éradiquée dans le pays grâce au port du masque, au suivi des contacts et aux quarantaines.

Mais un rebond de Covid-19 frappe la capitale depuis quelques jours. En réaction, la mairie a confiné près de 30 zones résidentielles, refermé les écoles et lancé le dépistage de centaines de milliers d’habitants.

Le ministère de la Santé a fait état vendredi de 25 nouveaux malades à Pékin en 24 heures, portant le total depuis la semaine dernière à 183.

La Chine a partagé jeudi le génome du nouveau coronavirus repéré dans la ville avec l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et les scientifiques étrangers.

“A en juger par les résultats préliminaires de l’épidémiologie génomique, ce virus viendrait d’Europe”, a déclaré Zhang Yong, un haut responsable du Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies.

“Mais il est différent de (la souche) du virus qui circule actuellement en Europe. Il est plus ancien”, a-t-il précisé, dans un article publié par la commission nationale anticorruption.

Selon M. Zhang, il pourrait s’agir d’une version ayant circulé sur le continent européen il y a plusieurs semaines ou mois.

– Viande et légumes –

Le marché de gros de Xinfadi, principal lieu d’approvisionnement en produits frais de la capitale, est soupçonné d’être la source des nouvelles contaminations. Le virus y a notamment été découvert sur des planches à découper le saumon importé.

D’après Zhang Yong, ce SARS-Cov2 aurait pu arriver là depuis l’Europe via des aliments congelés. Il pourrait aussi avoir survécu sur le marché pendant un certain temps — d’où sa similitude avec des souches plus anciennes.

Par mesure de précaution, Pékin a conseillé à ses habitants de se débarrasser de tous les produits de la mer congelés et à base de soja achetés à Xinfadi.

La raison: parmi les échantillons positifs prélevés sur le marché, “beaucoup” concernaient ce type d’aliments, a souligné vendredi un porte-parole de la mairie.

Song Yueqian, un responsable de l’Administration générale des douanes, a annoncé une campagne nationale pour inspecter les aliments frais conservés à basse température et venant de “pays à haut risque”.

Parmi ces produits figurent les produits de la mer, la viande et les légumes congelés: sur 15.638 testés jusqu’à présent, la totalité se sont toutefois révélés négatifs au nouveau coronavirus, a déclaré M. Song à la presse.

Par précaution, la Chine a suspendu les importations du producteur allemand de viande Tönnies après qu’un employé y a été testé positif.

– ‘N’importe où’ –

“Rien ne démontre que le virus se transmette par d’autres voies” que les gouttelettes de salive, les postillons ou les contacts avec les personnes contaminées, a noté Feng Luzhao, un expert du Centre chinois de prévention et de contrôle des maladies.

Il a cependant déconseillé aux habitants de toucher directement le poisson et la viande crue.

Des scientifiques mettent cependant en garde contre toute conclusion hâtive sur l’origine du virus repéré à Pékin.

“Il est possible (qu’il) ait voyagé depuis Wuhan jusqu’à l’Europe et soit maintenant revenu en Chine”, estime Ben Cowling, professeur à l’Ecole de santé publique de l’Université de Hong Kong.

Mais il note que le premier nouveau cas n’a pas été identifié, rendant difficile tout traçage.

Sur Twitter, le professeur François Balloux de l’University College de Londres a estimé, sur la base des informations transmises par la Chine, que des contaminations locales à Pékin avaient pu avoir lieu avant la découverte du foyer.

“Elles peuvent provenir de n’importe où”, a-t-il écrit en référence aux souches de virus du marché de Xinfadi.

Sur ses gardes face au Covid-19, la Chine continue d’interdire l’entrée de la plupart des étrangers sur son territoire.

Un avion Air France en provenance de Paris s’est toutefois posé vendredi à Shanghai, marquant la reprise des vols de la compagnie vers le pays asiatique après cinq mois d’interruption.

© 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP.