Connectex avec nous

Cuba en cinq points

Pure Info

Cuba en cinq points

Cinq choses à savoir sur Cuba, où Raul Castro va quitter la présidence douze ans après avoir succédé à son frère Fidel et plus d’un demi-siècle après la révolution.

– La plus grande île des Antilles

Découverte par Christophe Colomb en 1492, Cuba, ancienne colonie espagnole devenue indépendante en 1902, est la plus grande île des Antilles avec une superficie de 110.860 km2 pour 11,23 millions d’habitants (données officielles).

L’esclavage, aboli en 1886, a substitué une main-d??uvre noire à une population amérindienne rapidement décimée.

– Près de 60 ans de régime castriste

Le 1er janvier 1959, Fulgencio Batista – au pouvoir depuis 1952 après un coup d’Etat – est renversé par les “barbudos” de Fidel Castro. Le lider “Maximo” établit une République socialiste deux ans plus tard.

Les Etats-Unis rompent les relations diplomatiques avec La Havane en 1961 et soutiennent une tentative ratée de débarquement de forces anticastristes dans la baie des Cochons.

L’année suivante, la découverte de missiles soviétiques à Cuba, située à 180 km au sud des États-Unis, déclenche la plus grave crise de la Guerre froide. La même année, les Etats-Unis imposent à l’île un strict embargo économique et financier, toujours en vigueur aujourd’hui.

Le 31 juillet 2006, Fidel Castro, malade, demande à son frère Raul de le remplacer aux commandes de l’État. En février 2008, Raul Castro devient officiellement président, puis assume en avril 2011 la direction du tout-puissant PCC, le parti unique fondé en 1965. Fidel décède en novembre 2016.

– Dégel historique

Le 17 décembre 2014, Cuba et les États-Unis annoncent un rapprochement historique, après plus d’un demi-siècle d’isolement de l’île par Washington.

Le 20 juillet 2015, ils rétablissent leurs relations diplomatiques. Le 20 mars 2016, Barack Obama effectue à La Havane la première visite d’un président américain en exercice depuis la révolution. Son successeur Donald Trump, partisan d’une ligne plus dure, met un coup de frein au rapprochement en 2017.

Les relations des deux pays sont aussi assombries par de mystérieuses “attaques acoustiques” affectant des diplomates américains.

– Embargo, système D et havanes

Cuba reste sous embargo américain, instauré en 1962, qui a conduit ses habitants à devenir des as du “système D” pour réparer, recycler…

Privée des subsides soviétiques depuis la désintégration de l’URSS en 1990, l’île est devenue très dépendante du Venezuela, fournisseur de pétrole à des conditions avantageuses. Mais Caracas affronte une très grave crise. La Chine l’a détrônée en 2017 en tant que premier partenaire commercial de Cuba.

L’île tire notamment ses revenus en devises de l’exportation de services (principalement l’envoi de coopérants médicaux), loin devant le tourisme, qui a attiré 4,5 millions de personnes en 2017.

La croissance s’est établie à 1,6% en 2017 après 0,5% en 2016.

Les ventes de havanes, cigares très réputés, ont bondi de 12% l’année dernière grâce à la demande chinoise.

– Timide ouverture économique

Raul Castro a initié des réformes pour moderniser un modèle économique obsolète calqué sur le système soviétique, autorisant le petit entrepreneuriat privé et ouvrant davantage le pays à l’investissement étranger, tout en préservant les “acquis du socialisme” dans une économie encore contrôlée à 80% par l’Etat.

Les Cubains peuvent s’enregistrer comme travailleurs indépendants, acheter ou vendre des logements et des voitures et voyager à l’étranger sans autorisation préalable.

Fin mars, le gouvernement a reconnu avoir commis des “erreurs” dans la mise en place des mesures d'”actualisation économique” et toutes les réformes “sont en train d’être révisées” selon le quotidien d’Etat Granma.

Parmi les priorités, la fin de la cohabitation de deux monnaies, le peso cubain (transactions domestiques) et le peso convertible (produits et services importés), un système unique au monde.

© 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP.

Plus dans Pure Info

Haut